Publications des agents du Cirad

Cirad

Cartographier le carbone stocké dans la végétation : perspectives pour la spatialisation d'un service écosystémique

Le Clec'h S., Oszwald J., Jégou N., Dufour S., Cornillon P.A., Miranda I.D.S., Gonzaga L., Grimaldi M., Gond V., Arnauld de Sartre X.. 2013. Bois et Forêts des Tropiques (316) : p. 35-47.

Les grands programmes internationaux d'observation des écosystèmes, tels que le Millenium Ecosystem Assessment (Mea), puis Redd (Réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts) et Redd+, préconisent le développement des approches permettant de quantifier et de spatialiser les services écosystémiques afin de mettre en oeuvre des pratiques et des politiques de gestion environnementale plus adaptées. La cartographie des services écosystémiques apparaît ainsi comme un outil majeur des espaces à forts enjeux environnementaux. Cependant, elle souffre encore de certaines limitations. C'est le cas du stock de carbone dans la biomasse végétale. À l'échelle d'une localité d'Amazonie brésilienne de 175 km², cette fonction écologique a été cartographiée avec une résolution spatiale de 30 x 30 m. Afin de quantifier ces stocks, des mesures de biomasse arborée et arbustive au sein de 45 " points " et des données géographiques obtenues par télédétection sont mises en jeu. Pour cela, deux méthodes statistiques sont testées : l'arbre de décision et la régression linéaire multiple. Les résultats statistiques de chacune de ces méthodes sont présentés, permettant d'en comprendre les intérêts et les inconvénients. La qualité d'ajustement de ces modèles est testée. Si l'arbre de décision décrit mieux le rôle des variables explicatives, la régression linéaire multiple permet une prédiction beaucoup plus efficace. Elle rend alors davantage compte de la variabilité spatiale au sein de chaque type d'occupation du sol. Cette méthode fait apparaître à l'échelle de la ferme des phénomènes spécifiques au territoire étudié. Cela permet de retranscrire simplement le résultat d'un processus écologique tout en le mettant en relation avec les activités anthropiques. Cette étude permet donc d'illustrer l'importance des choix méthodologiques afin d'obtenir la cartographie d'un processus. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : séquestration du carbone; atténuation des effets du changement climatique; forêt tropicale; changement climatique; Écosystème; service; modèle mathématique; méthode statistique; distribution spatiale; cartographie; végétation; biomasse; stockage; carbone; amazonie; brésil; service environnemental

Thématique : Conservation de la nature et ressources foncières; Méthodes mathématiques et statistiques; Foresterie - Considérations générales; Levée et cartographie des sols

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :