Publications des agents du Cirad

Cirad

Analyse des risques de pollution liés à l'intensification et la diversification agricoles en zone Office du Niger au Mali

Dicko M.K., N'Diaye M.K., Marlet S.. 2013. In : La science rizicole pour la sécurité alimentaire à travers le renforcement de l'agriculture familiale et l'agro-industrie en Afrique : 3ème Congrès du riz en Afrique 2013, 21-24 octobre 2013, Yaoundé, Cameroun. Programme et résumés. Cotonou : ADRAO [Centre du Riz pour l'Afrique], p. 67-67. Africa Rice Congress. 3, 2013-10-21/2013-10-24, Yaoundé (Cameroun).

Des quantités de plus en importantes de produits chimiques sont utilisées à l'Office du Niger sous forme d'engrais et de pesticides. Ce qui a permis d'augmenter les rendements par l'utilisation combinée de variétés plus productives, des moyens plus efficaces de protection des cultures et une meilleure gestion de la lame d'eau. Cependant, des voix s'élèvent aujourd'hui contre l'impact de l'intensification sur l'environnement dans cette zone. En effet, les intrants utilisés permettent d'augmenter la productivité, mais constituent également des sources de pollution car contiennent différentes formes d'azote, de phosphore et de pesticides, susceptibles d'affecter dangereusement l'environnement et la santé. Par ailleurs, l'irrigation gravitaire est une grande consommatrice d'eau. Elle pose le problème du contrôle de la dose apportée en termes d'ajustement entre l'offre et la demande en eau. Elle pose également le problème de la régularité de la répartition de l'eau entre différentes parcelles, cause de fortes hétérogénéités et crée les conditions favorables à la pollution des ressources en eau et en sol. Face aux interpellations répétées, une analyse de différentes études conduites à l'Office du Niger, initialement pour la compréhension des mécanismes de fonctionnement du système sol-eau-plante, a été faite pour déceler des risques potentiels de pollution en relation avec les options d'intensification existantes. Pour ce faire, différents paramètres ont été abordés en termes d'impacts: la gestion de l'eau, les engrais azotés et phosphatés, les pesticides, les métaux lourds et les éléments microbiologiques. Certains travaux permettent aujourd'hui de mettre en évidence des évolutions négatives des ressources en sol et en eau à l'Office du Niger, en relation avec les effets induits de la salinisation et de la réutilisation des eaux usées agricoles pouvant soulever différents problèmes d'ordres agronomique, environnemental et sanitaire. Par contre les conditions de minéralisation de l'azote en milieu saturé ne favorisent pas l'accumulation du nitrate, principale source de pollution azotée. Les engrais phosphatés sont encore très faiblement utilisés, comme partout en Afrique au sud du Sahara, pour engendrer une pollution, mais la prolifération de végétaux aquatiques pourrait indiquer l'enrichissement des zones de dépôt en phosphore et en azote. Il existe peu de résultats sur la pollution liée à l'aluminium, le cadmium, le mercure ou le plomb. La seule étude disponible a concerné les eaux de surface de la zone de Macina et n'a pas permis de mettre en évidence une quelconque trace de pollution. Il n'existe aucune étude permettant de montrer, avec exactitude, l'impact des pesticides, malgré leur utilisation de plus en plus accrue et dans des conditions ne respectant aucune norme sanitaire ou environnementale requise. Ainsi, l'état actuel des connaissances ne permet de mettre en évidence que le relèvement du niveau de la nappe et les questions de salinité des sols. Aucune trace de pollution agricole n'apparaît, mais il existe des risques évidents de détérioration de la qualité des eaux souterraines à cause de l'existence de pratiques agricoles inappropriés. Ces risques méritent d'être mesurés avec la plus grande attention....
Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :