Publications des agents du Cirad

Cirad

La cassiicoline et le pouvoir pathogène de Corynespora cassiicola ; vers la mise en oeuvre d'un test toxinique pour la sélection d'individus tolérants à C. cassiicola chez Hevea brasiliensis

Déon M., Tran D.M., Fumanal B., Gimenez S., Bieysse D., Oliveira R.R., Breton F., Clément-Demange A., De Lamotte F., Seguin M., Leroy T., Roeckel-Drevet P., Pujade-Renaud V.. 2014. In : Journées Jean Chevaugeon 2014 : résumés des présentations orales. Paris : SFP, 1 p.. Journées Jean Chevaugeon, Rencontres de phytopathologie-mycologie. 10, 2014-01-27/2014-01-31, Aussois (France).

La maladie CLF (" Corynespora Leaf Fall ") provoquée par le champignon ascomycète Corynespora cassiicola (classe des Dothideomycetes1) est devenue depuis une cinquantaine d'année la principale pathologie foliaire de l'hévéa (Hevea brasiliensis) en Asie et en Afrique. L'hévéa est l'unique source commerciale de caoutchouc naturel dans le monde, avec 92 % de la production mondiale provenant d'Asie et 5 % d'Afrique. C. cassiicola représente donc un handicap majeur pour la filière caoutchouc. Une petite glycoprotéine secrétée par C. cassiicola, nommée cassiicoline, a été identifiée comme étant un effecteur de maladie important pour l'hévéa. Une étude de la structure et de la diversité de cette toxine a été entreprise, afin d'avoir une meilleure compréhension du pouvoir pathogène de C. cassiicola. Nous décrirons dans un premier temps la purification et la caractérisation moléculaire de la cassiicoline à partir d'une souche pathogène provenant des Philippines2,3,4. Ensuite, nous présenterons une étude de la diversité du gène de cassiicoline au sein d'une collection de souches d'origines géographiques et d'hôtes variés4,5. Cette étude a révélé l'existence d'au moins six isoformes de cassiicoline, permettant de grouper les souches en classes toxiniques. Une analyse phylogénétique de la collection des souches de C. cassiicola sur la base de 4 locus combinés a permis de mettre en évidence une importante diversité au sein de l'espèce C. cassiicola, en relative concordance avec les classes toxiniques. Les souches porteuses de l'isoforme de cassiicoline Cas1 semblent être les plus agressives chez l'hévéa. Cependant, certaines souches dépourvues de gène de cassiicoline présentent néanmoins un niveau de virulence faible à moyen chez l'hévéa, ce qui suggère l'existence d'autres effecteurs que la cassiicoline. Un test de la sensibilité des cultivars d'hévéa à C. cassiicola basé sur la sensibilité aux toxines secrétées par le champignon (en particulier Cas1) est en cours de validation. Il permettra le phénotypage de deux descendances pour la sélection d'individus tolérants. L'analyse comparative du déterminisme de la tolérance de l'hévéa aux toxines purifiées d'une part et au champignon d'autre part permettra de mieux comprendre le rôle de ces toxines dans la maladie CLF chez l'hévéa.

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :