Publications des agents du Cirad

Cirad

Eucalyptus robusta pour une production durable de bois énergie à Madagascar : bilan des connaissances et perspectives

Verhaegen D., Randrianjafy H., Rakotondraoelina H., Trendelenburg Rakotonirina M.C., Andriamampianina N., Montagne P., Rasamindisa A., Chaix G., Bouillet J.P., Bouvet J.M.. 2014. Bois et Forêts des Tropiques (320) : p. 15-30.

Dès son introduction à Madagascar, Eucalyptus robusta a été retenu comme espèce de reboisement pour sa remarquable capacité d'adaptation. L'extension de sa plantation par les populations rurales a abouti à la création d'un massif de près de 140 000 hectares autour d'Antananarivo. Son bois est devenu la principale source d'énergie utilisée par les ménages urbains et ruraux malgaches. Mais aujourd'hui, la production durable de cette ressource est gravement menacée. Le marché déficitaire et la pauvreté des populations rurales amènent les propriétaires forestiers à exploiter leurs taillis avec des rotations de plus en plus courtes, parfois inférieures à 2 ans. Cette surexploitation induit un gaspillage des éléments minéraux qui ne sont pas compensés par des apports extérieurs de nutriments. La production de charbon de bois se poursuit à partir de meules traditionnelles dont le rendement pondéral n'est que de 10 % environ. Le doublement de ce rendement par des méthodes simples permettrait pourtant de diminuer les superficies de forêt exploitées chaque année. À 6 ans, l'accroissement moyen annuel en volume commercial bois fort sur écorce des taillis anciens est de 18,8 m 3 /ha/an. Les meilleures provenances importées récemment permettent de doubler le volume moyen individuel des arbres à 9 ans. Des vergers à graines ont été plantés avec plusieurs provenances de l'aire naturelle pour créer des variétés composites. Cependant, des fécondations préférentielles intra-provenances et des pollutions par le pollen extérieur affectent fortement la qualité des variétés produites. Pour l'extension du massif d'eucalyptus, les populations rurales continuent à utiliser des graines locales ou planter des sauvageons. Ces plantations en E. robusta devront continuer à produire du bois malgré les modifications biotiques et abiotiques déjà constatés à Madagascar. Face à ces changements, les technologies modernes peuvent aider la recherche forestière à proposer un système durable de production de bois énergie autour des grands centres urbains. Cela aurait pour effet de maintenir un revenu régulier participant à la survie des populations rurales. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : séquestration du carbone; recherche; carbone; stockage; amélioration des plantes; aménagement forestier; sylviculture; durabilité; rendement des cultures; changement technologique; changement climatique; analyse économique; charbon de bois; bioénergie; bois; eucalyptus robusta; madagascar; bois énergie

Thématique : Production forestière; Sources d'énergie renouvelable; Génétique et amélioration des plantes; Météorologie et climatologie

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :