Publications des agents du Cirad

Cirad

Fatigue des sols : perceptions des agriculteurs et réalité

Bouazizi N., Ben Aissa N., Burte J.. 2014. In : Hartani Tarik (ed.), Kuper Marcel (ed.), Belhamra Mohamed (ed.). Actes - Proceedings du Séminaire sur la gouvernance des eaux souterraines au Maghreb, Biskra, 3-7 décembre 2013. s.l. : s.n., p. 53-53. Séminaire sur la gouvernance des eaux souterraines au Maghreb, 2013-12-03/2013-12-07, Biskra (Algérie).

En zone semi-aride, maintenir la fertilité des sols des systèmes irrigués est un vrai enjeu. La plaine de Kairouan, Tunisie centrale, avec une ressource en eau souterraine qui représente 26% des aquifères en Tunisie, a enregistré un développement important de l'agriculture irriguée. Toutefois, cette intensification de l'irrigation, sous un climat semi-aride à aride, s'est accompagnée d'une " fatigue des sols " dont l'évidence principale pour les agriculteurs est une baisse des rendements. L'objectif de ce travail est de caractériser ce qu'est la fatigue des sols dans un périmètre public irrigué de cette plaine en caractérisant la perception du problème par les agriculteurs , son origine, son évolution et les conséquences sur les stratégies hydroagricoles. Pour répondre à cet objectif, nous avons couplé deux approches: d'une part un diagnostic participatif à partir d'enquêtes auprès des agriculteur, et d'autre part des observations de terrain et des analyses de sol. Le croisement des analyses et des enquêtes montre que la perception des agriculteurs de la fatigue des sols et leurs stratégies d'adaptation varient suivant les exploitations. Les petits agriculteurs familiaux sont très majoritairement conscients de l'état de leurs sols qu'ils considèrent comme un organisme vivant. Ils portent ainsi un regard critique et pertinent (confirmé par les analyses) sur les facteurs responsables : naturels (la salinité de l'eau d'irrigation, la texture sableuse de certaines parcelles) ; et liées aux systèmes de production des exploitations (pauvreté des sols en matière organique et en éléments fertilisants liées aux apports insuffisants, dégradation des sols liée à l'abandon des rotations et aux apports accrus en pesticides). Leurs pratiques apparaissent comme fortement contraintes par un déficit de capital financier ou foncier mais aussi l'absence d'alternatives techniques dans un contexte où la vulgarisation agricole est absente. Les gros agriculteurs voient, quant à eux, le sol comme un support minéral auquel il suffit d'apporter amendements chimiques, tout en reconnaissant un besoin d'apports croissant pour maintenir la production. Cette étude apporte des éléments intéressants pour réfléchir à des stratégies durables de mise en valeur hydroagricoles des sols et souligne l'intérêt d'une vision systémique et de croisement des savoirs profanes et scientifiques. (Texte intégral)

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :