Publications des agents du Cirad

Cirad

Amélioration de la croissance et de la nutrition du jujubier (Ziziphus mauritiana Lam.) par l'inoculation mycorhizienne et la fertilisation phosphatée sur le tracé du projet Grande Muraille Verte au Sénégal

Thioye B., Kane A., Fall D., Ndiaye C., Bâ M., Sanguin H., Duponnois R., Diédhiou A.G., De Faria S.M., Sylla S., Bâ A.M.. 2015. Journal de Confluens (1) : p. 7-7. Journée Internationale de la Francophonie. 27, 2015-03-20, Paris (France).

Dans sa conception, le projet de la "Grande Muraille Verte" (GMV) est un modèle de restauration écologique et de développement socio-économique intégré pour lutter contre la désertification dans les zones arides. Le tracé de la GMV constitue un champ d'expérimentation exceptionnel pour valoriser les potentialités symbiotiques et la productivité des plantes de la zone. Le jujubier (ou Zizyphus mauritiana) est une espèce prioritaire pour le reboisement et l'arboriculture fruitière dans le Sahel. Il est très recherché par les populations surtout pour ses fruits, son fourrage d'appoint en saison sèche. En effet, des champignons du sol développent avec les racines du jujubier des associations symbiotiques appelées mycorhizes à arbuscules indispensables à sa croissance et sa nutrition phosphatée. Le but de notre étude était d'évaluer l'effet de l'inoculation avec une souche de champignon mycorhizien à arbuscules (CMA) efficace, Glomus aggregatum (IR27) et de la fertilisation phosphatée avec du phosphate naturel (PN) de Matam (30% P2O5) sur la croissance et la nutrition des provenances Gola (variété indienne sélectionnée pour ses fruits de grosse taille) et Tasset (provenance locale à fruits de petite taille) en plantation où le potentiel mycorhizien des sols et leur teneur en phosphore (P) ont été trouvés faibles. Les résultats ont montré que l'inoculation avec Glomus aggregatum et la fertilisation phosphatée avec du PN de Matam amélioraient la croissance et les teneurs en P, K et N foliaires des deux provenances de jujubier en pépinière. Après 4 mois de croissance en pépinière, les jujubiers ont été transplantés dans le site expérimental d'Amally, une localité située sur le tracé de la GMV. Un dispositif expérimental à quatre blocs complètement randomisés a été réalisé pour comparer quatre traitements pour chaque provenance (inoculés, fertilisés, inoculés et fertilisés et témoins non-inoculés et non fertilisés). Chaque traitement a comporté 10 plants par bloc disposé dans un verger de 5 ha doté d'un système de goutte à goutte alimenté par la proximité d'un forage. La mortalité, la hauteur et le diamètre au collet des plants ont été évalués après 3, 8 et 13 mois de plantation. Les jujubiers non inoculés ont montré une mortalité significativement plus élevé que ceux inoculés. En outre, les jujubiers inoculés et fertilisés des deux provenances Gola et Tasset étaient significativement plus développés que les non inoculés. Les résultats de notre étude montrent que la mycorhization contrôlée et la fertilisation phosphatée améliorent la croissance et la nutrition des jujubiers en serre et augmentent leur vigueur et leur survie après transplantation. (Texte intégral)

Mots-clés : phosphate; fertilisation; symbiose; inoculation; mycorhizé; croissance; ziziphus; sénégal; endomycorhize à vésicules et arbuscules

Thématique : Biologie du sol; Fertilisation; Physiologie végétale : croissance et développement

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :