Publications des agents du Cirad

Cirad

Diffusion de la fièvre de la Vallée du Rift par les mouvements de bovins : modélisation de la circulation virale dans un écosystème tempéré et montagneux, l'exemple de Madagascar

Nicolas G.. 2013. Montpellier : Université de Montpellier 2, 160 p.. Thèse de doctorat -- Ecosystèmes et sciences agronomiques. Eco-épidémiologie des systèmes complexes, Thèse de doctorat -- Ecosystèmes et sciences agronomiques. Eco-épidémiologie des systèmes complexes, Thèse de doctorat -- Ecosystèmes et sciences agronomi.

La fièvre de la Vallée du Rift (FVR) est une arbovirose zoonotique décrite pour la première fois en 1930 au Kenya. Transmise principalement entre ruminants par des moustiques des genres Aedes, Culex et Anopheles, elle peut aussi se transmettre à l'homme par contact direct avec des produits d'avortement ou des fluides corporels d'animaux virémiques. Cette maladie a été décrite dans de nombreux pays d'Afrique ainsi que sur la péninsule arabique et dans l'Océan Indien. La circulation du virus de la FVR (VFVR) a été décrite dans 3 écosystèmes distincts : (i) les zones semi-arides sud- et est-africaines, (ii) les mares temporaires des zones arides, (iii) les zones irriguées adjacentes à de grands fleuves. Au sein de chacun de ces écosystèmes, le rôle des mouvements d'animaux dans l'introduction du VFVR et des moustiques vecteurs dans sa transmission ont fortement été mis en avant. Malgré l'existence de modèles statistiques pouvant prédire l'émergence du VFVR en Afrique de l'est notamment grâce au niveau de pluviométrie, les mécanismes de transmissions en jeu dans les autres régions sont encore incertains. L'apparition de foyers dans un écosystème tempéré et montagneux de Madagascar, où les espèces et abondances vectorielles ne sont pas favorables à la persistance du VFVR, suscite des interrogations quant à ces mécanismes. L'objectif de cette thèse est d'identifier les facteurs et les processus épidémiologiques permettant la circulation récurrente du VFVR dans un écosystème tempéré de Madagascar. L'étude a pris en considération les pratiques socio-économiques ainsi que les principaux moustiques vecteurs du virus de la zone tempérée des hautes terres malgaches. Les principaux modes de diffusion du virus entre bovins ont été étudiés au cours de 3 années de suivi sérologique. Un modèle mathématique calibré sur la base de nombreuses données empiriques collectées dans cette zone est proposé. Deux pratiques commerciales ont pu être distinguées : le commerce classique et une pratique traditionnelle de troc. Les résultats de l'analyse suggèrent une implication différente de ces deux pratiques dans la circulation du VFVR. Alors que le commerce pourrait permettre l'introduction du virus, la pratique du troc serait quant à elle le support de la circulation au sein de la zone. Un modèle déterministe est construit afin de comparer quatre scénarios pouvant expliquer la circulation virale dans cet écosystème peu favorable. Les résultats suggèrent que, si la transmission vectorielle reste la principale voie de transmission dans cet écosystème inhabituel, la transmission directe lors du vêlage de vaches virémiques pourrait également jouer un rôle. La circulation du VFVR est de plus favorisée par les pratiques socio-économiques de la zone qui permettent, malgré la saison sèche, l'exposition des bovins introduits et potentiellement virémiques aux moustiques vecteurs. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : Étude de cas; contrôle de maladies; vecteur de maladie; surveillance épidémiologique; sérologie; distribution géographique; Écosystème; Épidémiologie; zone tempérée; région d'altitude; anopheles; culex; environnement socioéconomique; enquête pathologique; troc; commercialisation; modèle de simulation; transmission des maladies; virus de la fièvre de la vallée du rift; bovin; madagascar; fièvre de la vallée du rift

Thématique : Maladies des animaux; Commerce, commercialisation et distribution; Organismes nuisibles des animaux

Documents associés

Thèse