Publications des agents du Cirad

Cirad

Compréhension des facteurs d'invasion de l'euphorbe ésule (Euphorbia esula L.) : Interactions biotiques, abiotiques et anthropiques, dans un contexte de lutte intégrée

Auge M.. 2014. Montpellier : Montpellier SupAgro, 197 p.. Thèse de doctorat -- Ecosystèmes et sciences agronomiques, Thèse de doctorat -- Ecosystèmes et sciences agronomiques.

Les prairies humides du Val de Saône forment l'une des dernières grandes entités prairiales inondables d'Europe. A ce titre, elle possède une diversité floristique et faunistique unique, conditionnée par divers facteurs agroenvironnementaux, fortement protégée par différents réseaux (Natura 2000, ZICO, ZNIEFF). Depuis les années 1990, les agriculteurs et les gestionnaires de ces prairies, annuellement fauchées puis pâturées, demandent des solutions à une problématique de plante envahissante : Euphorbia esula L. (Euphorbiaceae). L'euphorbe ésule se développe en taches denses dans les prairies, et compte tenu de la présence d'un latex blanc, devient toxique pour le bétail quand elle est incorporée dans le foin après la fauche. A partir de 10% de recouvrement d'une parcelle par la plante, le foin devient ainsi impropre à la consommation. La perte économique induite entraine à son tour un risque écologique : l'abandon ou la reconversion des prairies. Dans le cadre d'un vaste programme de lutte initie en 1999, nous avons, dans un premier temps, caractérise la population envahissante du Val de Saône à l'aide de marqueurs ADN chloroplastiques et l'avons comparée a d'autres populations d'euphorbe ésule envahissantes ou non. 11 apparait que l'espèce est probablement native et que sa prolifération est due à une perturbation anthropique qu'il restait à déterminer. Nous avons ensuite étudiés les différents facteurs agro-environnementaux pouvant jouer un rôle dans l'expansion de l'euphorbe ésule. Des expérimentations ont été menées sur des taches d'euphorbe dans la partie nord des prairies du Val de Sa6ne, entre 2011 et 2013. Les résultats obtenus permettent de proposer un nouvel itinéraire cultural permettant de diminuer par 90% les densités de tiges d'euphorbe en 3 ans. Deux étapes sont nécessaires: 1) ne pas faucher les taches; 2) mettre en pâture les parcelles possédant des taches non fauchées. Nous avons également montre l'impact des pratiques agriculturales classiques sur les populations de régulateurs naturels. Dans le Val de Saône les deux principaux régulateurs sont Oberea erythrocephala (Col. Cerambycidae) et Spurgia euphorbiae (Dipt. Cecidomyiidae). Le programme de lutte intégrée propose aux agriculteurs, notamment un nouvel itinéraire cultural, devrait permettre la régulation sur le long terme de la population envahissante d'euphorbe ésule tout en augmentant l'efficacité des insectes indigènes. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : méthode de lutte; expérimentation au champ; mauvaise herbe; Écologie; lutte intégrée; cecidomyiidae; cerambycidae; zone humide; prairie; conduite des herbages; pratique culturale; facteur du milieu; génétique des populations; marqueur génétique; dynamique des populations; espèce envahissante; euphorbia esula; bourgogne; prairie humide

Thématique : Mauvaises herbes et désherbage

Documents associés

Thèse