Publications des agents du Cirad

Cirad

Mobilité et phytodisponibilité des éléments traces métalliques dans les sols de La Réunion : Rapport de synthèse en vue d'une demande de dérogation sur le critère " éléments traces métalliques " relativement à l'utilisation d'eaux usées épurées pour l'irrigation de cultures ou d'espaces verts à La Réunion

Bravin M., Doelsch E., Feder F.. 2015. Saint-Denis : CIRAD-PERSYST, 41 p..

A partir d'une synthèse des acquis et des limites de l'étude de milieu de Collin et Doelsch (2008) qui a permis l'obtention d'une dérogation au critère ETM pour l'épandage des boues de station d'épuration sur les sols agricoles, le présent rapport a pour objectif de présenter et d'analyser un ensemble de données complémentaires . Cette analyse fournit d es éléments scientifiques permettant de soutenir de futures demandes de dérogation au critère ETM pour l'ensemble des sols, des cultures et des espaces verts sur lesquels l'utilisation des eaux issues du traitement des eaux résiduaires urbaines pour l'irrigation de cultures ou d'espaces verts (ci- après dénommée Reuse) pourrait être envisagée à La Réunion . L'analyse des gammes de concentrations totales en chrome (Cr), cuivre (Cu), et nickel (Ni) obtenues dans trois inventaires complémentaires a montré que les 17 unités de milieu ( UM ) de l'étude de milieu de Collin et Doelsch (2008) étaient au moins représentatives de 60 des 93 UM de La Réunion en matière de concentrations totales des sols en ETM. L'analyse de deux jeux de données supplémentaires a permis de montrer que les conclusions de l'étude de milieu de Collin et Doelsch (2008) concernant la faible mobilité et la faible phytodisponibilité des ETM dans les sols étaient également extensibles à 60 des 93 UM de La Réunion, à l 'exception des sols des UM 28, 29, et 48 issus du Piton de la Fournaise . Pour ce qui concerne les 33 UM pour lesquelles aucune donnée n'est disponible sur les ETM, l'analyse de leur localisation et leur nature géo - morpho - pédologique a permis d'estimer que ces 33 UM présentaient un risque nul à faible d'observer une concentration, une mobilité et une phytodisponibilité élevée des ETM dans les sols, à l'exception des UM 65 et 84 pour lesquelles un risque potentiellement élevé ne peut être exclu. L'analyse des données complémentaires proven ant de mesures de concentration en Cr, Cu, et Ni dans des végétaux issus de déchets verts (représentatifs des espaces verts), dans des plantes maraîchères et arboricoles, ainsi que dans des espèces prairiales conforte les conclusions faites par Collin et Doelsch (2008) sur la canne à sucre, en ne montrant aucune différence de concentrations pour des plantes ayant été cultivées sur des sols présentant des concentrations en ETM inférieures ou supérieures aux seuils définis par l'arrêté du 8 janvier 1998. Con sidérés dans leur ensemble, les résultats de ce rapport de synthèse suggèrent donc que les conclusions formulées par Collin et Doelsch (2008) seraient effectivement extensibles à l'ensemble des sols, des cultures, et des espaces verts sur lesquels la Reuse serait susceptible d'être mise en oeuvre à La Réunion, à l'exception des sols des UM 28, 29, 48, 65, et 84 issus du Piton de la Fournaise pour lesquels une incertitude subsiste quant à la mobilité et la phytodisponibilité des ETM (Ni en particulier).

Documents associés

Rapport d'expertise

Agents Cirad, auteurs de cette publication :