Publications des agents du Cirad

Cirad

L'aménagement forestier au Congo engendre-t-il plus de déforestation ?

Karsenty A., Cerutti P.O., Doucet J.L., Putz F.E., Romero C., Bernard C., Eba'a Atyi R., Douard P., Claeys F., Desbureaux S., Ezzine de Blas D., Fayolle A., Fomété T., Forni E., Gond V., Gourlet-Fleury S., Kleinschroth F., Mortier F., Nasi R., Nguinguiri J.C., Vermeulen C., De Wasseige C.. 2016. s.l. : DP-Forêts d'Afrique Centrale, 17 p..

DOI: 10.18167/agritrop/00001

Un article publié dans Land Use Policy début 2016 arrive à la conclusion a priori étonnante que la déforestation serait, au Congo, plus élevée dans les concessions forestières avec des plans d'aménagement que dans celles qui n'en ont pas. L'analyse d'évaluation d'impact qui a conduit ces chercheurs à un tel résultat se base sur un appariement de parcelles sélectionnées aléatoirement dans des concessions avec et sans plans d'aménagement. Ces chercheurs indiquent que le réseau de routes forestières plus développé dans les concessions aménagées serait un des facteurs explicatifs. L'autre facteur serait le développement local lié aux cahiers des charges des plans d'aménagement, lequel conduirait à une augmentation de la population dans ces concessions et à une déforestation accrue. Notre groupe d'une vingtaine de chercheur s connaissant bien la problématique de l'aménagement forestier en Afrique centrale s'est penché à son tour sur cette question et a analysé la déforestation au niveau des concessions sur le même intervalle de temps. Nos résultats montrent, cette fois, que la déforestation est moins importante dans les concessions avec un plan d'aménagement que dans les autres. Et si l'on compare à production égale la déforestation dans des concessions avec et sans plan d'aménagement, il apparaît que les UFA aménagées sont environ deux fois plus " efficaces ", c'est-à-dire qu'on observe deux fois moins de perte de couvert forestier par mètre-cube produit. Nous en concluons qu'il est nécessaire d'analyser précisément la dynamique des différents facteurs de déforestation, et éviter d'imputer mécaniquement à l'aménagement forestier un rôle excessif dans l'évolution dans un sens ou dans l'autre du taux de déboisement. Enfin, toute évaluation doit rappeler que les effets de l'aménagement forestier doivent être mesurés sur le long terme : l'objectif de l'aménagement est de permettre une mise en valeur forestière durable, en conservant l'essentiel du capital productif pour éviter, autant que possible, la conversion à d'autres usages après les cycles de coupe initiaux.

Documents associés

Article (d-site web)

Agents Cirad, auteurs de cette publication :