Publications des agents du Cirad

Cirad

Etude préliminaire à la réalisation de bilans environnementaux sur le chauffage au bois. Partie 2 : Mise en oeuvre de méthodes de caractérisation d'impact sur le changement climatique.

Cornillier C., Benoist A., Gleizes O.. 2015. Paris : ADEME, 74 p..

Dans le cadre de ce volet de l'étude, des analyses de cycle de vie (ACV) ont été réalisées : -En approche attributionnelle, sur la production de chaleur à partir de biomasse forestière issue de quinze origines différentes (trois essences (douglas, eucalyptus, châtaigner) suivant différentes sylvicultures (taillis, TCR, futaie) avec ou sans évolution de pratiques sylvicoles (raccourcissement de la révolution, intensification de la récolte¿)) ; et -En approche conséquentielle, sur une évolution de récolte d'un TCR d'eucalyptus visant à produire de la chaleur. Elles ont permis tout d'abord de tester la mise en oeuvre de méthodes de caractérisation de l'impact sur le changement climatique, celles les mieux notées à l'issue du premier volet de l'étude sur l'état de l'art, ainsi que celle développée dans le cadre du projet. Des difficultés et limites non encore identifiées ont pu être mises en évidence, notamment concernant la méthode de comptabilité totale avec les pouvoirs de réchauffement global (PRG) ajustés dans le temps. Au-delà de la faisabilité de la mise en oeuvre, ces évaluations ont permis d'illustrer et de mieux comprendre les divergences et points communs des différentes approches de l'ACV (attributionnelle versus conséquentielle), ainsi que des différentes méthodes d'impacts testées (Comptabilité totale avec PRG, Comptabilité totale avec PRG ajustés dans le temps, Conversion ILCD, Usage du sol/Müller-Wenk, Usage du sol/Projet). Les résultats ont montré que la méthodologie ACV, quelle que soit l'approche, peut permettre avec certaines méthodes d'impact d'obtenir des résultats sensibles au système de production de biomasse via la prise en compte du cycle du carbone biogénique, ce que la méthode " neutralité carbone " ne permet pas. Cette sensibilité provient des mécanismes liés à l'usage du sol qui tiennent compte d'un potentiel de séquestration de carbone. Ces mécanismes peuvent se rapporter à une transformation relative à un changement d'usage incluant des évolutions de gestion sylvicole, mais également à une occupation. Ces méthodes peuvent revêtir des concepts différents, basés sur plusieurs notions comme le stock moyen de carbone à l'équilibre, la dynamique des variations de stock de carbone, un usage de référence, l'affectation aux occupations des stocks suivant différentes logiques. La mise en oeuvre de ces méthodes nécessite une description des systèmes de production de la biomasse forestière qui fait appel à de nombreuses données, hypothèses et modèles, pour lesquels les résultats peuvent être très sensibles. Pour envisager leur application en routine, une base de données serait à construire. Les résultats de ce volet permettent ainsi de compléter l'état de l'art sur un des enjeux majeurs de l'évaluation environnementale du chauffage bois qu'est le changement climatique, afin d'aider à établir des recommandations méthodologiques sur l'évaluation de ces systèmes de façon la plus éclairée que possible.

Documents associés

Document technique

Agents Cirad, auteurs de cette publication :