Publications des agents du Cirad

Cirad

Les légumineuses arborées tropicales, plantes miracles¿ ou presque. Expérience d'une équipe d'agro-sylvo-pastoralistes de terrain

Peltier R., Freycon V., Galiana A., Harmand J.M., Guérin H., Tassin J.. 2016. In : Trésor des fèves et fleurs des pois : Le génie des légumineuses. Paris : SNHF, p. 46-53. Colloque de la Société Nationale d'Horticulture de France, 2016-05-20/2016-05-20, Paris (France).

Pour les chercheurs en biologie, les légumineuses arborées présentent de nombreuses qualités pour l'agronomie, en particulier la capacité à fixer l'azote atmosphérique. Celle-ci permet la production de parties végétales riches en matière azotée qui, lorsqu'elles se décomposent dans le sol, sont supposées en améliorer la " fertilité ". D'autre part, on met souvent en avant leur " richesse " pour la nutrition des hommes et des animaux et la qualité de leur bois. Les spécialistes du reboisement soulignent leur capacité de multiplication sexuée et végétative ainsi que leur aptitude à se développer en milieu peu fertile et ouvert. Les agro-sylvo-pastoralistes travaillant en terrains tropicaux constatent bien ces vérités scientifiques, parfois devenues de véritables paradigmes, mais en éprouvent au quotidien les limites. Il est bien connu que toutes les légumineuses ne fixent pas l'azote et aussi que cette fixation dépend des espèces, de leur association rhizobienne et des conditions environnementales, mais ceci n'est pas toujours dit dans les messages destinés à la " vulgarisation ". Si des transferts " directs " d'azote entre plantes ont été mis en évidence, l'importance du transfert d'azote et d'autres nutriments au bénéfice de plantes associées ou en rotation dépend du recyclage des organes des plantes fixatrices. A l'inverse, la récolte de leurs bois, fruits ou feuilles, peut aboutir à un appauvrissement de la fertilité du sol qui les porte. Leur formidable capacité à se multiplier et à s'ancrer durablement dans un milieu, en particulier lorsqu'il est dégradé, a aussi son " revers de médaille ", à savoir qu'elles peuvent souvent devenir envahissantes. Par ailleurs, les écologistes dogmatiques regretteront que des légumineuses provenant d'autres continents soient maintenant présentes dans la plupart des forêts. D'autres, plus pragmatiques, y verront l'émergence de " forêts nouvelles " dont il faut étudier l'écosystème mais aussi valoriser les biens et services, comme le font souvent les paysans. Il reste cependant que ces légumineuses arborées occupent une place de choix dans la palette des possibilités disponibles pour le praticien en charge de la restauration de milieux dégradés ou de la création de systèmes agro-sylvo-pastoraux productifs et résilients face aux changements globaux, à condition de manier avec prudence la lancinante tentation de l'introduction de la " plante miracle " qui peut parfois, si on n'y prend pas garde, devenir une " plante cauchemar ". (Résumé d'auteur)

Mots-clés : agroforesterie; fixation de l'azote; légumineuse; arbre forestier; arbre à buts multiples; restauration couverture végétale; récupération des sols; terre forestière dégradée; culture associée; symbiose; transport des substances nutritives; espèce introduite; légumineuse fourragère; espèce envahissante; reconstitution forestière; système agrosylvopastoral; leucaena leucocephala; gliricidia sepium; calliandra calothyrsus; sesbania sesban; faidherbia albida; dalbergia; dalbergia cochinchinensis; dalbergia nigra; pterocarpus erinaceus; acacia auriculiformis; dichrostachys; mimosa pudica; acacia mearnsii; prosopis juliflora; acacia dealbata; eucalyptus grandis; acacia mangium; cajanus cajan; robinia pseudoacacia; parkia biglobosa; aliment pour animaux; réunion; afrique; nouvelle-calédonie; guyane française; france; monde; madagascar; république démocratique du congo; sénégal; brésil; nicaragua; acacia polyacantha; plante fixatrice d'azote

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :