Publications des agents du Cirad

Cirad

Demandes nationales de sciages : obstacle ou opportunité pour promouvoir l'utilisation des ressources forestières d'origine légale au Cameroun ?

Lescuyer G., Tsanga R., Essiane Mendoula E., Ahanda B.X.E., Ouedraogo H.A., Fung O., Dubiez E., Bigombe Logo P.. 2016. Bogor : CIFOR, 70 p..

L'importance économique et sociale de la consommation domestique de bois est aujourd'hui reconnue en Afrique centrale, mais elle est largement alimentée par des sciages d'origine informelle. Personne n'a encore développé une compréhension globale de ces filières afin d'élaborer les conditions d'améliorer la légalité de ce commerce et de ces pratiques. L'objectif de ce rapport est de passer en revue les différents types de demande et d'offre de produits bois sur le marché intérieur camerounais (Yaoundé et Douala) pour identifier les possibilités de promouvoir une consommation de sciages et de meubles d'origine légale, qui renforcerait la gestion durable des ressources ligneuses et une croissance économiquement verte à long terme. Les demandes privées et publiques visent principalement trois usages du bois : un matériau de construction pour le secteur du bâtiment et des travaux publics, les huisseries, et l'ameublement. Ces demandes s'expriment à quatre niveaux de commercialisation: 1. les marchés urbains : 830,000 m3 de sciages y sont vendus par an, principalement sous forme de planches, de planches de coffrage, de lattes et de chevrons. C'est un secteur dont les caractéristiques ont peu évolué durant la dernière décennie, les produits, les prix et les essences étant quasiment identiques. Le prix moyen d'un mètre cube débité sur ces marchés urbains est d'environ 80,000 F.CFA tous sciages confondus. Les produits supposément d'origine légale, car provenant directement et indirectement des scieries industrielles, ne représentent qu'entre 12 et 18% du volume vendu. Toutefois, entre 15 et 34% des clients se tourneraient vers l'achat de sciages légaux si leur revenu augmentait entre 20 et 100% dans les cinq prochaines années. De plus, la moitié des acheteurs interrogés accepteraient de payer 10% plus cher pour acquérir des sciages d'origine légale. Cette estimation varie en fonction des métiers, des produits et des essences. Enfin, les acheteurs interrogés pourraient supporter une hausse de 45% des prix actuels des sciages avant de les substituer par des produits alternatifs. Il existe donc une acceptation réelle des demandes urbaines pour une certaine augmentation du prix des sciages proposés sur les marchés urbains, qui devrait permettre d'améliorer la légalité et la qualité au moins de certains types de sciage à court/moyen terme. 2. les ateliers de menuiserie: les 515 ateliers interrogés produisent environ 130 000 meubles par an, pour un volume total de 22,000 m3 de sciage après quatrième transformation, et un chiffre d'affaires dépassant 8 milliards F.CFA. Les armoires, les lits et les portes sont les produits les plus vendus, en valeur comme en volume. La quasi-totalité des consommateurs urbains recherche le meilleur rapport qualité/prix pour les meubles en bois. Il y a un manque d'intérêt presque complet pour l'origine légale ou durable des sciages : seulement 19 ateliers de menuisier ont eu à répondre à une demande de bois d'origine légale pendant l'année 2015, et pour une vente totale de 61 meubles. 3. les boutiques de vente de meubles: de janvier à octobre 2015, les 166 boutiques enquêtées ont vendu 22,282 meubles, correspondant à un volume scié de 5788 m3 et un chiffre d'affaires de 3.33 milliards F.CFA. Le lit est le principal meuble vendu par ces boutiques. La légalité du matériau utilisé pour la fabrication des meubles vendus dans les boutiques reste une préoccupation extrêmement rare pour les acheteurs de Yaoundé et de Douala. Depuis leurs créations, seules 10% des boutiques échantillonnées ont eu à répondre à une demande de bois d'origine légale. Sur la période d'enquête, seuls 78 meubles ont été vendus par ces boutiques à des acheteurs soucieux de connaître la légalité du matériau d'origine. 4. les marchés publics: les organismes publics nationaux et internationaux n'ont quasiment pas développé de stratégie promouvant l'origine légale des sciages utilisés pour répondre à des marchés publics. Pourtant, entre juillet 2

Mots-clés : développement durable; gestion des ressources naturelles; politique de l'environnement; politique forestière; certification des forêts; production du bois; prix; consommation intérieure; offre et demande; pratique illégale; protection de la forêt; législation; bois débité; marché; commerce intérieur; économie forestière; bois; cameroun

Thématique : Technologie des produits forestiers; Production forestière; Commerce intérieur; Conservation de la nature et ressources foncières

Documents associés

Ouvrage

Agents Cirad, auteurs de cette publication :