Publications des agents du Cirad

Cirad

Justice commutative versus justice distributive et conflits fonciers dans les grands périmètres irrigués : le cas de Bagré, Burkina Faso

Daré W., Venot J.P., Carboni S., Arnaldi di Balme L., Kaboré F., Gérard F., Ouedraogo Y., Traore R., Napon K.. 2016. Montréal : s.n., 1 p.. Congrès international des sociologues de langue française AISLF 2016. 20, 2016-07-04/2016-07-08, Montréal (Canada).

En Afrique Sahélienne, les années 2000 ont été marquées par une nouvelle relance de la construction de grands périmètres irrigués pour répondre aux enjeux de sécurisation alimentaire. Au Burkina Faso, les bailleurs de fonds internationaux ont financé le barrage de Bagré, mis en eau en 1994. Il couvre une superficie de 493000ha. Suivant les principes d'une justice commutative, les populations déplacées ont reçu une parcelle de 1ha par ménage dans les espaces irrigués. A cette parcelle devaient être associées dans les terres hautes, une autre de 1,5ha pour les cultures pluviales et une dernière de 0,5ha autour de la nouvelle habitation du ménage. Mais ces attributions égalitaires se sont traduites sur le terrain par une recrudescence des conflits fonciers, limitant l'accès des populations déplacées au foncier pluvial et leur capacité à tirer de l'activité agricole un revenu suffisant. Nos analyses montrent que les aménageurs ont occulté certains des principes essentiels de la gestion coutumière du foncier limitant de facto l'adhésion des autorités " autochtones ". Principes qui, certes, établissent une distribution inégale des droits fonciers mais assurent les conditions d'une solidarité intergénérationnelle et intragénérationnelle. Une démarche participative multi-acteurs a permis de faire exprimer la pluralité des principes de justice afin de mieux les prendre en compte pour la définition d'une compensation foncière plus " juste " pour l'ensemble des parties.

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :