Publications des agents du Cirad

Cirad

Gouvernance(s) sur un volcan. Controverses, arrangements et reconfigurations autour des instruments participatifs d'une aire naturelle protégée mexicaine (le Nevado de Toluca)

Lebreton C.. 2015. Lyon : Université de Lyon, 309 p.. Thèse de doctorat -- Géographie, Thèse de doctorat -- Géographie.

Sous l'injonction internationale à la participation, de nouvelles modalités de gouvernance sont apparues, invitant de nouveaux acteurs dans la gestion des aires naturelles protégées et remodelant les politiques de conservation à l'échelle internationale comme nationale.Le Mexique n'est pas exempt de ces remises en question et ses nouvelles orientations stratégiques pour la gestion des aires naturelles protégées se concentrent désormais sur la "gouvernance ". De nouveaux programmes d'appui aux communautés ont ainsi été développés pour les inciter à participer à la gestion des ressources naturelles communes. Pour contourner les restrictions liées au statut de Parc National, une vingtaine d'aires naturelles protégées ont ou vont ainsi changer de statut d'ici 2018. Le Parc National Nevado de Toluca représente l'un des premiers espaces protégés à avoir été déclassifié au statut d'Aire de Protection de la Faune et de la Flore, afin de permettre aux 54 communautés agraires réparties sur le territoire de mettre en place des projets productifs et participer in fine à la conservation de l'espace protégé. Mêlant action publique, modèles de gestion locale et dynamiques écologiques, le Nevado de Toluca constitue ainsi un laboratoire in situ qui permet de comprendre comment les notions de gouvernance environnementale et de participation mises en avant dans les programmes gouvernementaux se traduisent sur le terrain. Ce laboratoire permet d'évaluer plus spécifiquement comment les instruments de gestion participative, tels que la gestion forestière communautaire et les paiements pour services environnementaux ont modifié les pratiques locales de gestion et in fine, les dynamiques écologiques forestières. Puis, l'analyse des processus participatifs établis dans le cadre du changement de catégorie et de l'élaboration du plan de gestion permet de mieux comprendre l'appropriation de l'injonction internationale à la participation par le gouvernement mexicain ainsi que ses effets, attendus ou non, sur la gouvernance de l'aire naturelle protégée. Les paiements pour services environnementaux présentés généralement comme une stratégie de conservation plus efficiente que les projets intégrés, semblent être, sur le Nevado de Toluca, des instruments moins performants socialement et écologiquement que la gestion forestière communautaire. Les instruments de gestion participative ont néanmoins en commun de reproduire les injustices sociales du système agraire mexicain. Par ailleurs, malgré des processus participatifs limités, la recatégorisation a conduit à des controverses, alliances et innovations sociotechniques, qui reconfigurent les modalités de gouvernance du territoire. Si le gouvernement ne cède pas pour autant son pouvoir de décision, des arrangements informels viennent s'insérer dans cette nouvelle configuration et constituent des formes de contre-pouvoirs. L'institutionnalisation de la participation ne conduit pas à l'éradication des conflits et à la production d'un consensus. Au contraire, elle met en lumière la dimension agonistique des politiques de conservation. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : utilisation des terres; approches participatives; gouvernance; communauté locale; développement rural intégré; gestion des ressources naturelles; protection de l'environnement; volcan; parc national; zone protegée; mexique

Thématique : Conservation de la nature et ressources foncières; Economie et politique foncières; Sociologie rurale et sécurité sociale

Documents associés

Thèse