Publications des agents du Cirad

Cirad

Performances du goutte à goutte enterré pour l'irrigation de jeunes palmiers dattiers

Bourziza R., Hammani A., Kuper M., Bouaziz A.. 2017. Revue Marocaine des Sciences Agronomiques et Vétérinaires, 5 (1) : p. 5-12.

Dans les zones oasiennes, les ressources en eau de surface deviennent de plus en plus rares et les ressources en eau souterraines sont souvent surexploitées et de mauvaise qualité avec une salinité élevée. L'économie de l'eau et sa préservation est devenue par conséquent un impératif pour la durabilité des oasis. Si l'irrigation localisée est actuellement préconisée au Maroc pour l'économie de l'eau, son utilisation dans les régions subdésertiques ne permet pas de réduire les taux élevés des pertes par évaporation. Une alternative à ce système serait l'utilisation de la technique d'irrigation souterraine au moyen d'émetteurs débitant l'eau à des taux généralement similaire à l'irrigation goutte à goutte de surface. L'irrigation souterraine étant une technique très récemment introduite au Maroc, une meilleure compréhension dans les conditions locales du processus d'infiltration, et son impact sur la croissance d'une plante comme le palmier dattier s'avère nécessaire. Cette étude vise à contribuer à l'amélioration de l'efficience de l'utilisation de l'eau en testant la performance du système d'irrigation souterraine dans un contexte où l'eau est une ressource limitée. L'objectif de ce travail de recherche est l'évaluation des performances en conditions arides d'un système d'irrigation au goutte à goutte enterré sur jeunes palmiers dattiers en comparaison avec le goutte à goutte de surface. En préambule à ce travail, on s'attachera à déterminer une méthode adaptée à la mesure du débit d'un goutteur enterré. Un essai expérimental visant à caractériser les performances respectives du goutte à goutte de surface et du goutte à goutte enterré sur de jeunes palmiers dattiers a été mis en place chez un agriculteur de la région d'Erfoud (Province d'Errachidia, Sud-Est du Maroc). La mesure du débit pour évaluer l'uniformité de l'application a été faite selon deux méthodes: une mesure du débit des goutteurs en ''hors sol'' et une autre en présence du sol. Cette dernière méthode nous a aussi permis d'estimer les pertes par évaporation pour les deux techniques d'irrigation. En outre, Pour pouvoir comparer l'effet des deux modes d'irrigation, on a choisi des plantes au hasard pour chaque type d'irrigation pour le suivi de certains paramètres agronomiques (nombres cumulés de palmes et développement racinaire). L'expérimentation présente une uniformité de distribution de l'ordre de 88%; qualifiée de satisfaisante pour l'irrigation goutte à goutte souterraine alors qu'elle est de l'ordre de 80% pour l'irrigation goutte à goutte de surface. Les résultats obtenus montrent aussi une augmentation du développement racinaire et du nombre de palmes, ainsi qu'une économie d'eau considérable suite à la diminution des pertes par évaporation par rapport à la méthode d'irrigation goutte à goutte classique. Les résultats de cette étude ont montré que l'irrigation goutte à goutte souterraine est une technique efficiente susceptible de contribuer à une irrigation durable dans les zones arides. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : phoenix dactylifera; irrigation goutte à goutte; irrigation souterraine; irrigation de surface; conservation de l'eau; méthode d'irrigation; Âge; performance de culture; efficience d'utilisation de l'eau; utilisation de l'eau; expérimentation au champ; plante de culture; oasis; Évapotranspiration; stress dû à la sécheresse; zone aride; maroc

Thématique : Irrigation; Physiologie végétale : croissance et développement

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :