Publications des agents du Cirad

Cirad

Ingestion, restitution et transfert d'éléments fertilisants aux agrosystèmes par les ruminants domestiques en régions semi-arides d'Afrique Occidentale. Points de vue d'un zootechnicien et d'un agro-pédologue

Guérin H., Roose E.. 2017. In : Roose Eric (ed.). Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens : contribution à l'agroécologie. Marseille : IRD Éditions, p. 161-178.

Sans accès aisé aux engrais chimiques, la jachère et la fumure animale sont les principaux moyens d'entretenir la fertilité des sols dans les régions d'élevage d'Afrique occidentale. La fumure est pratiquée depuis des siècles par la conduite des animaux sur parcours, leur parcage sur des surfaces destinées à la culture, dans des enclos ou au piquet pour accumuler des excrétas, mais en Afrique, rarement en fabriquant du vrai fumier. La restitution de nutriments par l'animal est le résultat de l'ingestion de fourrages (1,8 à 2,5 t MS/UBT/an12), de leur digestion et de I' excrétion des fèces, ainsi que des urines et des gaz. Sur parcours extensifs, les matières fécales contiennent 40 à 60 % des biomasses consommées, donc du carbone, dont une grande proportion de fibres riches en lignine. Avec les urines, les fèces réunissent 75 à 90 % de l'azote et des minéraux (P, Ca, K, Mg) ingérés par le bétail, les minima correspondants à des jeunes animaux en croissance ou des vaches laitières, les maxima à des animaux adultes à l'entretien qui retiennent donc peu de nutriments. Ce texte vise principalement à expliquer, sur la base des processus digestifs, la variabilité quantitative et qualitative des excrétas et de ses facteurs. Ceux-ci sont liés à la diversité des systèmes fourragers suivant le milieu naturel, les systèmes de culture, les saisons et les régimes différenciés des bovins, ovins ou caprins ; en particulier, les teneurs en azote des fèces de petits ruminants (3 à 4 % de la matière organique fécale) sont plus élevées que celles des bovins (1 à 3 %). Les teneurs en fibres lignifiées sont également plus importantes dans les fèces de caprins en relation avec leur importante consommation de fourrages ligneux. Les ovins sont intermédiaires entre les caprins et les bovins. Le texte rappelle aussi la compétition pour l'usage de la biomasse, trop peu abondante, entre la production fourragère, l'enfouissement, le paillage et les brûlis. La distribution spatiale des excrétas e

Mots-clés : agroécosystème; fertilité du sol; fumier; ruminant; bétail; alimentation des animaux; système agropastoral; fourrage; plante fourragère; aliment pour animaux; composition chimique; teneur en éléments minéraux; teneur en matière organique; zone semi-aride; afrique occidentale; zone soudano-sahélienne

Thématique : Fertilisation; Fertilité du sol; Alimentation animale; Physiologie animale : nutrition

Documents associés

Chapitre d'ouvrage