Publications des agents du Cirad

Cirad

Vers une compréhension des relations entre les baobabs et quelques éléments des écosystèmes forestiers de l'ouest de Madagascar: pollinisateurs, disperseurs et prédateurs

Andriantsalaza S., Rasoamanana E.N., Razanamaro O., Elgoyen C., Leong Pock Tsy J.M., Ramavovololona P., Rakouth B., Roger E., Danthu P.. 2016. In : Duchaufour Hervé (ed). Recherches interdisciplinaires pour le développement durable et la biodiversité des espaces ruraux malgaches. Antananarivo : PARRUR, p. 349-368.

Pour compléter les connaissances scientifiques permettant de poser les bases d'une gestion durable des baobabs malgaches et des écosystèmes qui les abritent, le projet EcoBao (Ecosystème Baobab) a développé un ensemble d'études afin de préciser certaines interactions entre les baobabs et les autres éléments de leurs écosystèmes. Un focus a été fait sur les pollinisateurs, les disperseurs de graines et les prédateurs des jeunes plants. Nos résultats montrent que les baobabs sont pollinisés par les chauves-souris, les abeilles ou les microcèbes. Mais les principaux pollinisateurs sont des papillons de nuit de la famille des sphingidae. Les sphinx sont adaptés à chaque espèce de baobab : la cohorte des pollinisateurs visitant les baobabs de la section des Brevitubae est différente de celle visitant les Longitubae. Soixante-quatre composes, principalement aromatiques chez les Longitubae et aliphatiques chez les Brevitubae, ont ete identifies dans le parfum des fleurs des baobabs. Nos résultats portant sur la dispersion des graines montrent que la mégafaune disparue (tortues géantes) ou actuelle (grand bétail) a été (ou est) apte à assurer une dissémination des graines. La dispersion par hydrochorie des graines est également efficace, et peut expliquer la concentration spatiale a proximité des points d'eau de nombreux baobabs. L'importance des filtres environnementaux sur la distribution spatiale et sur la régénération naturelle des baobabs a également été mise en exergue. Enfin, des résultats préliminaires montrent que les achatines peuvent avoir une action prédatrice sur les jeunes plants de baobab et donc avoir un effet négatif sur leur régénération. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : gestion des ressources naturelles; composé aromatique; composé aliphatique; adansonia; odeur; taxonomie; apidae; chiroptera; sphinx; achatina fulica; dissémination des graines; pollinisateur; pollinisation; distribution géographique; régénération naturelle; écosystème forestier; adansonia digitata; madagascar; microcebe; lissachatina fulica

Thématique : Foresterie - Considérations générales; Physiologie végétale : reproduction; Ecologie végétale; Taxonomie végétale et phyto-géographie; Physiologie et biochimie végétales

Documents associés

Chapitre d'ouvrage

Agents Cirad, auteurs de cette publication :