Publications des agents du Cirad

Cirad

Comprendre les dynamiques de l'agro biodiversité, a l'interface entre paysages sociaux et écologiques : une approche multi-échelle sur les sorghos du Mont-Kenya

Labeyrie V., Deu M., Thomas M., Muthamia Z.K., Leclerc C.. 2017. In : Nouveaux horizons pour l'Ecologie des Paysages. Apports de l¿écologie des paysages et des nouvelles données d¿observation pour un fonctionnement écologique durable des territoires. Toulouse : INRA; Sfé, p. 27-27. Rencontres d'écologie du paysage, 2017-10-23/2017-10-26, Toulouse (France).

Dans la plupart des pays de la zone pantropicale, les agriculteurs sont les principaux acteurs de la dispersion des plantes cultivées et de leur sélection, jouant ainsi un rôle majeur dans les patrons de distribution géographiques de l'agrobiodiversité. Les relations sociales entre les individus, notamment celles de parenté, sont déterminantes dans la circulation des semences. Cependant, l'effet du " paysage social ", résultant de la structuration géographique des relations entre les agriculteurs, sur les flux de gènes et les dynamiques de l'agrobiodiversité est méconnu. Cette communication synthétise les résultats d'études conduites à différentes échelles sur le versant est du Mont-Kenya visant à analyser l'effet du " paysage social " sur les flux de gènes impliqués dans les patrons de diversité du sorgho, céréale majeure dans cette zone. Les relations entre individus sont en partie favorisées par leur appartenance à un même groupe ethnolinguistique. Le versant est du Mont- Kenya étant peuplé par de nombreux groupes organisés géographiquement, il en résulte un " paysage social ". Cette diversité ethnolinguistique se déployant sur un même gradient d'altitude, le site offre la possibilité de tester la relation entre le paysage social et la distribution géographique de la diversité du sorgho en contrôlant le facteur climatique. Dans une première étude à l'échelle régionale, des enquêtes ont été menées sur dix sites répartis le long de deux transects d'altitude et occupés par six groupes ethnolinguistiques. Les variétés de sorgho cultivées dans chaque site ont été inventoriées à partir des noms vernaculaires et caractérisées en utilisant des marqueurs moléculaires microsatellites. Des enquêtes ont également été menées pour retracer l'origine des semences. La même procédure a été appliquée dans une seconde étude sur une zone de contact de trois groupes ethnolinguistiques, à l'échelle d'un terroir villageois, où une analyse approfondie des réseaux de circulation de semences entre individus a été conduite. Les résultats de l'étude régionale montrent une forte structuration géographique de la diversité du sorgho, coïncidant avec l'organisation ethnolinguistique. A l'échelle locale, nos résultats montrent une distribution inégale de la diversité variétale et génétique du sorgho entre groupes ethnolinguistiques, laissant supposer que le " paysage social " contribue à modeler les flux de gènes. L'analyse des réseaux de circulation des semences a permis de caractériser les processus sociaux sous-jacents, et d'expliciter le lien entre paysage ethnolinguistique et patrons de diversité du sorgho.

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :