Publications des agents du Cirad

Cirad

Rôles fonctionnels des racines fines profondes en plantation d'eucalyptus au Brésil sur sols pauvres en nutriments. Réponse à une situation hydrique limitante

Pradier C.. 2016. Montpellier : Montpellier SupAgro, 225 p.. Thèse de doctorat -- Ecologie fonctionnelle et développement durable, Thèse de doctorat -- Ecologie fonctionnelle et développement durable.

Face à une demande mondiale en bois en constante augmentation, les forêts plantées sont en rapide expansion, notamment au Brésil où les plantations d'eucalyptus pourraient couvrir 10 millions d'hectares d'ici 2020. Ces plantations hautement productives soulèvent des questions importantes au niveau (i) de leur durabilité dans un contexte de changement climatique et (i) de leur impact sur l'environnement, en particulier sur les cycles de l'eau, du carbone et des nutriments. La capacité des eucalyptus à développer un système racinaire très profond (jusqu'à 15 m, voire plus) pour atteindre la nappe phréatique, pourrait jouer un rôle clé dans l'adaptation à des disponibilités plus faibles en eau. Cependant, le rôle de ces racines fines profondes dans la nutrition des plantes a jusque-là été extrêmement peu documenté. Dans ce contexte, l'objectif général de cette thèse était d'évaluer l'influence de la profondeur et de la disponibilité de l'eau sur le fonctionnement des racines fines à travers l'étude de la rhizosphère. Pour cela, une plantation clonale d'Eucalyptus grandis de 5 ans a été étudiée au Brésil sous deux régimes hydriques contrastés : un traitement + W, recevant une pluviométrie normale a été comparé à un traitement ¿W dans lequel 37% des pluviolessivats sont exclus. Des essais ont été réalisés dans le but d'appliquer une technologie de laboratoire innovante au champ : les optodes, permettant la cartographie du pH rhizosphérique notamment. Les rhizodepôts libérés par les racines fines d'eucalyptus interférant avec le signal du capteur optique, nous n'avons pas pu obtenir de résultats interprétables. Cependant, des tests réalisés sur le pin nous laissent confiants quant à la possibilité d'utiliser ce système, en suivant quelques recommandations. Des analyses destructives ont été réalisées sur du sol rhizosphérique et non-rhizosphérique échantillonnés le long de profils de 2 à 4 m. Au niveau de la nutrition : une accumulation de potassium et de protons au sein de la rhizosphère a été observée, en particulier en dessous d'1 m (x3,0 et x1,1 pour K et H3O+ en + W, respectivement) et en condition de réduction des précipitations (x7,0 et x1,4 pour K et H3O+ en ¿W, respectivement). La répétition de ces mesures pendant la saison des pluies a confirmé l'enrichissement en protons et en K dans la rhizosphère, ce qui suggère que ces processus se produisent tout au long de l'année. Cependant, l'absence d'effet traitement durant la saison des pluies indique une bonne résilience potentielle du système. La quantité de K amenée à la surface des racines fines par flux de masse, estimée à 2 kg de K ha-1 an-1, ne permet pas d'expliquer la quantité de potassium absorbée par les arbres, estimée à 17,5 kg de K ha-1 an-1, ni l'accumulation observée dans la rhizosphère. Une explication plus probable est l'altération des minéraux potassiques induite par le fonctionnement racinaire, et notamment l'acidification. La mise en évidence d'associations ectomycorhiziennes jusqu'à 4 m de profondeur renforce l'hypothèse d'un rôle clé des racines fines profondes dans la nutrition des plantes. Une concentration élevée en Al3+ a aussi été mesurée au sein de la rhizosphère (jusqu'à 12 mg kg-1). Au niveau du stockage du carbone : malgré la diminution exponentielle attendue de la concentration en C et N avec la profondeur (de 0,72 à 0,12 ¿ entre 0 et 4 m), nos résultats ont montré que plus de la moitié du stock de carbone contenu dans le sol non rhizosphérique était situé en dessous d'1 m. Une accumulation de C dans la rhizosphère a été mesurée, en particulier en profondeur (x1,4 en dessous d'1 m en + W) et en condition de réduction des pluies (x3,0 à 4 m en ¿W). Les mêmes tendances ont été observées pour N. L'effet rhizosphérique a été conservé pendant la saison des pluies, mais pas l'effet du traitement. Ce travail a confirmé que les racines fines profondes jouent un rôle clé, pour la nutrition des plantes et le stockage de carbone, en contexte de changement cl

Mots-clés : brésil

Thématique : Production forestière; Physiologie végétale : nutrition; Anatomie et morphologie des plantes

Documents associés

Thèse