Publications des agents du Cirad

Cirad

Le recours au "local" comme canalisation des débats sur l'alimentation en région ou le phénomène "des bons produits de chez nous"

Pahun J.. 2017. Paris : INRA, 4 p.. Journée d'étude Doctoral'Al, 2018-12-18, Paris (France).

"Manger mieux" est devenu une préoccupation citoyenne de plus en plus présente. Elle renvoie à de multiples définitions de ce qu'est un "bon produit". Il peut s'agir de manger des produits de saison s, issus du commerce équitable ou de l'agriculture biologique, de manger moins de viande ou des produits moins transformés, d'acheter en circuit court ou selon des signes officiels de qualité. Le point commun de ces définitions du " manger mieux " est qu'elles sont toutes fortement connectées au fait agricole : comment c'est produit ? Où est-ce produit ? Quel type de production ? Combien est rémunéré l'agriculteur pour ce faire ? La préoccupation du " manger mieux " amorce-t-elle un nouveau pacte entre agriculteurs et citoyens ? En région Bretagne et en région Grand Est, les conseils régionaux sont à l'initiative depuis 2016, de deux projets alimentaires régionaux. En Bretagne, il s'agit de la démarche Breizh Alim " ; en Grand Est, des Assises alimentaires de la région Grand Est. Ces deux actions politiques visent à organiser des rencontres entre acheteurs et fournisseurs locaux d'une filière agricole dans le but de faire évoluer le cahier des charges des acheteurs (par l'intégration de plus de référence aux produits locaux) et in fine, de développer la consommation de produits locaux. Pourquoi les conseils régionaux étudiés ont fait le choix de traduire les préoccupations citoyennes du " manger mieux " en un nouveau mot d'ordre régional : "augmenter la part de produits locaux consommés"? Le "local alimentaire" a été défini en géographie (Poulot, 2015), en économie de la proximité (Pecqueur et Zimmermann 2004), mais peu en science politique. Dans cette communication, j'aborde ainsi la construction politique du manger local par l'étude du processus de mise à l'agenda de la question alimentaire dans ces conseils régionaux (qui ? Quelle définition ? Quelle gouvernance ? ) et de sa mise en politique (quel s instruments, quels bénéficiaires ?). Nous testons l'hypothèse suivante : à l'échelle régionale, le recours au motif du " local " permet aux acteurs dominants de la profession agricole de canaliser les controverses liées au nouveau problème public de l'alimentation.

Documents associés

Communication de congrès