Publications des agents du Cirad

Cirad

OPALE : Un dispositif de bassins versants instrumentés pour la recherche et le suivi des contaminations des écosystèmes par les pesticides aux Antilles. Quelle contribution à la gestion des pollutions ?

Bussière F., Ducreux L., Comte I., Andrieux P., Mottes C., Tailame A.L., Cattan P., Adele G., Bajazet T., Della Rossa P., Lacaze T., Nannette J.B., Onapin G., Ponchant L., Robin N., Charlier J.B., Grünberger O., Jannoyer M., Samouelian A., Voltz M.. 2018. Schoelcher : BRGM, 2 p.. Colloque scientifique et d'information sur la pollution par la chlordécone (Chlordecone 2018), 2018-10-16/2018-10-17, Schoelcher (Martinique).

La contamination durable des écosystèmes par la Chlordécone, insecticide utilisé en bananeraie entre 1972 et 1993, pose de multiples questions : quels en sont les impacts environnementaux et quelle est leur évolution ? Quels sont les mécanismes de stockages et de transfert des pesticides ? Comment en réduire les impacts et limiter l'exposition des populations ? Pour répondre à ces questionnements, les organismes de recherche présents sur place ont construit un dispositif d'observation unique, afin, d'une part, de suivre l'évolution sur le long terme des niveaux de contamination des milieux et, d'autre part d'identifier l'ensemble des processus impliqués dans la contamination et le transfert des pesticides, dont la chlordécone, dans les sols, les eaux de surface et les eaux souterraines. Le dispositif, appelé OPALE, Observatoire sur la Pollution agricole aux AntilLEs, vise ainsi l'observation simultanée des pratiques agricoles, de l'hydrologie et de la contamination des compartiments de l'environnement. Il a été installé en Guadeloupe et en Martinique par un consortium BRGM-Cirad-INRA-IRD et a été conçu pour permettre non seulement, les suivis à long terme, comme tout observatoire, mais aussi pour collecter des informations à de hautes résolutions temporelles indispensables à la compréhension d'évènements courts mais potentiellement majeurs pour les transferts, comme les crues. L'installation du dispositif a été financée initialement par l'Alliance Nationale de Recherche pour l'Environnement (AllEnvi). Il est opérationnel depuis janvier 2015 et est soutenu depuis par le PNAC (Plan national d'Action contre la pollution par la Chlordécone). L'observatoire est constitué de deux sites pilotes : un bassin versant en Martinique (le Galion, 45 km2) et un hydrosystème en Guadeloupe regroupant les bassins versants du Pérou, doté d'une importante zone amont forestière, et de la rivière des Pères, essentiellement agricole (24 km2). Ces ensembles géographiques sont représentatifs de la diversité des conditions climatiques, environnements physiques (géologie, sols) et activités humaines (milieux naturels, systèmes de culture) de ces milieux antillais. Les équipements installés assurent le suivi en continu des précipitations, débits des cours d'eau en 3 points/site et niveau piézométriques dans 3 forages/site, ainsi que des paramètres physico-chimiques dans les eaux (température, conductivité électrique). Des préleveurs automatiques assurent l'échantillonnage des eaux de surface pour analyser des teneurs en matières actives contaminantes à un pas de temps hebdomadaire, mais aussi événementiel sur des périodes d'échantillonnage intensif. Des prélèvements manuels semestriels en forage sont réalisés et sont complétés par des suivis semi-continus lors de pompages d'essai sur plusieurs jours. Des suivis de l'évolution des niveaux de contaminations par la Chlordécone et d'autres pesticides d'usage actuel sont ainsi disponibles depuis 2016 dans les eaux de surface et souterraines. Les observations de la contamination des eaux montrent que la somme des concentrations de tous les pesticides détectés dans les échantillons d'eaux de surface des différentes stations de mesure suivies en Guadeloupe et en Martinique, constitue une pollution permanente des eaux de rivière avec une valeur régulièrement supérieure à la norme de potabilité de 0,5 µg/L. La contribution de la chlordécone à cette contamination est majeure, atteignant fréquemment 70 à 80 % de charge totale en pesticides (Andrieux et al. 2018). Toutefois on peut noter que les différents contextes agro-hydrologiques analysés montrent une forte variabilité spatio-temporelle de la contamination : concentrations en CLD variant d'un ordre de grandeur sur le linéaire d'un même cours d'eau ou dans le temps à un même point de prélèvement (Mottes et al. 2017). Ces variations incitent à la prudence dans l'interprétation de concentrations mesurées ponctuellement en rivière et, de là, sur les outils et mét...

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :