Publications des agents du Cirad

Cirad

Histoire des populations et adaptation à l'hôte dans les caraïbes chez le champignon Mycosphaerella fijiensis parasite du bananier

Carlier J., Zapater M.F., Bieysse D., Montero Y., Roussel V., Habas R., Ravel S., Rodriguez R., Martínez T., Perez-Vicente L., Abadie C., Wright S.. 2018. Aussois : INRA, 1 p.. Journées Jean Chevaugeon, Rencontres de Phytopathologie-Mycologie. 12, 2018-01-15/2018-01-19, Aussois (France).

Les possibilités d'adaptation des champignons parasites de plantes dépendent de l'histoire de leurs populations. C'est le cas de la maladie des raies noires du bananier provoquée par le champignon M. fijiensis qui s'est répandue dans les caraïbes ces dernières décennies. De nouvelles variétés présentant des résistances quantitatives ont été utilisées à grandes échelles dans certaines îles, mais elles semblent s'être érodées. Les objectifs de cette étude étaient de retracer l'histoire des populations de M. fijiensis dans les caraïbes et de mettre en évidence une possible adaptation locale à des variétés résistantes. Pour retracer l'histoire de population nous avons conduit une étude de génétique des populations avec plus de 1000 isolats provenant des différents iles et 16 marqueurs microsatellites. Deux fonds génétiques seraient apparus suite à des effets de fondations à partir du point initial d'introduction (au Honduras) et se seraient répandus dans la zone, l'un au nord et l'autre au sud. Des événements d'introduction multiples et d'admixtures sont fortement suspectés dans les Antilles françaises. Pour mettre en évidence une adaptation à l'hôte nous avons réalisé une étude de scan génomique à partir du reséquençage de pools d'individus représentant des populations qui ont évolué dans certaines iles sur des variétés sensibles et résistantes. Plusieurs régions génomiques soumises à une sélection par l'hôte ont été identifiées. Enfin, des niveaux de maladie élevés ont été récemment observés sur des variétés résistantes en Guadeloupe. La combinaison des résultats obtenus sur l'ensemble des caraïbes nous permet d'émettre des hypothèses pour expliquer cette dernière observation.

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :