Publications des agents du Cirad

Cirad

Dynamique de la déforestation dans la Réserve de biosphère de Yangambi (République démocratique du Congo) : variabilité spatiale et temporelle au cours des 30 dernières années

Kyale Koy J., Wardell D.A., Mikwa J.F., Kabuanga J.M., Monga Ngonga A.M., Oszwald J., Doumenge C.. 2019. Bois et Forêts des Tropiques, 341 : p. 15-28.

DOI: 10.19182/bft2019.341.a31752

D'une superficie de 225 000 ha, la Réserve de biosphère de Yangambi (République démocratique du Congo) est l'une des principales aires protégées menacées par l'anthropisation dans la région. Malgré son appartenance au réseau mondial des réserves de biosphère depuis les années 1970, les connaissances sur les dynamiques d'occupation du sol y sont encore lacunaires. Une démarche fondée sur l'analyse d'images (Landsat TM, ETM+ et OLI) et la réalité du terrain a été mise en oeuvre pour étudier la dynamique d'occupation des sols de la réserve entre 1986 et 2016. Le taux annuel de déforestation est passé de 0,18 % au cours de la période 1986-2003 à 0,38 % en 2003-2016. Durant cette dernière période, la forêt primaire a connu un taux de déforestation plus élevé qu'en forêt secondaire (respectivement 4,5 % et 0,4 %). Quatre zones aux dynamiques socio-environnementales spécifiques ont été identifiées, nécessitant des approches de gestion différentes. Il s'agit notamment de la concession de l'INERA, des zones proches d'axes principaux de circulation, des zones situées sur des axes routiers plus ou moins abandonnés et des zones isolées du coeur de la réserve. Les principales causes de déforestation mentionnées par les habitants sont l'agriculture itinérante sur brûlis (54 % des ménages), l'exploitation artisanale des minerais (17 %) et la fabrication des pirogues (8 %). La pression démographique, sans amélioration du niveau de vie des communautés ou des techniques agricoles, et le développement du réseau routier, favorisant les échanges commerciaux, en sont les causes sous-jacentes. Cette dynamique de déforestation dans une forêt rattachée au réseau mondial des réserves de biosphère entame l'objectif fixé par l'État d'étendre le réseau d'aires protégées à 15 % du territoire national.

Mots-clés : forêt tropicale humide; déboisement; culture itinérante; utilisation des terres; démographie; zone protegée; réserve forestière; république démocratique du congo

Documents associés

Article (a-revue à facteur d'impact)

Agents Cirad, auteurs de cette publication :