Publications des agents du Cirad

Cirad

Dangers potentiels de l'utilisation des insecticides dans la culture cotonnière au Togo de 1990 à 2010

Djagni K.K., Fok M.. 2019. Cahiers Agricultures, 28 : 9 p..

Dans la perception des profanes, le coton est encore considéré comme la culture consommant le plus d'insecticides néfastes pour la santé et l'environnement. Une telle mauvaise image n'est plus justifiée selon une étude internationale de l'Expert panel on Social, environmental and Economic Performance of cotton production (SEEP), mais les pays producteurs ont peu analysé et informé sur l'évolution de l'utilisation des insecticides. L'article comble cette lacune dans le cas du Togo. Il concerne une étude basée sur la reconstitution des séries de données des surfaces emblavées et d'insecticides distribués aux producteurs de coton de 1990 à 2010. Les données sur les insecticides portent sur les volumes distribués et leur composition en matières actives pour déduire la consommation de matières actives par hectare. En s'inspirant de l'étude internationale mentionnée qui avait compilé les indices d'écotoxicité des matières actives, les charges toxicologiques vis-à-vis de plusieurs organismes ont été calculées pour cerner les dangers potentiels liés aux insecticides utilisés. Ces charges ont été définies pour permettre de cerner l'évolution dans le temps ou de comparer les pays. La consommation de matières actives insecticides au Togo a chuté régulièrement jusqu'à un litre/hectare, au même niveau que l'Australie qui recourt par ailleurs aux variétés génétiquement modifiées. La charge toxicologique, pesant sur l'homme mais aussi sur divers éléments de la faune comme les abeilles ou les daphnies des cours d'eau, a diminué quoique de manière moins régulière. Cette évolution est la conséquence d'une protection limitée des cultures cotonnières depuis trois décennies, à moins de six traitements, et de l'adoption de nouvelles générations de molécules insecticides. Au Togo, l'utilisation des insecticides dans la culture cotonnière a évolué dans une direction plus compatible avec le souci de la santé humaine et de la préservation de l'environnement. Une telle évolution devrait être extrapolable à tous les pays cotonniers de l'Afrique francophone où des études similaires mériteraient d'être réalisées.

Thématique : Pollution; Protection des végétaux : considérations générales; Autres thèmes

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :