Publications des agents du Cirad

Cirad

Deux variétés IRMA inconnues de l'auteur soumises à des régimes de régulation de croissance au Pix. Inférences sur Q302 apparemment plus indéterminée que Z2347 et commentaires sur la préparation à la récolte mécanique. Rapport " d'autopsie " sur des cotonniers prélevés et observés en 2020 à la ferme Sodécoton de Yoko après la récolte 2019

Martin J.. 2020. Montpellier : CIRAD-PERSYST-UPR AIDA, 11 p..

Tout commence fin janvier 2020, avec une nouvelle tout à fait remarquable en provenance de la Sodécoton : le Cameroun devrait clore sa campagne cotonnière 2019-20 avec des rendements de 1600 kg/ha, record d'Afrique ! Ayant félicité le Cameroun, je reçois - effet boomerang ¿ une double interpellation transmise par mon collègue Bruno Bachelier qui gère chez nous la convention tripartite Sodécoton-Irad-Cirad, pour répondre aux demandes d'appui Irad-Sodécoton en matière de malherbologie et de régulateurs de croissance. N'étant pas pour le moment en mesure d'effectuer des missions sur le terrain, je m'efforce de proposer des modes d'intervention alternatifs. C'est ainsi qu'en matière de phytotechnie coton, sur la régulation chimique de la croissance (Plant growth regulators, PGR), je propose de procéder à des observations post-récolte sur des squelettes de cotonniers de la ferme expérimentale de Yoko. En tant que plante ligneuse potentiellement pérenne, le cotonnier se prête bien à un examen clinique post-récolte, dit ici d'autopsie, car il est facile d'y repérer la démarcation entre le premier cycle de croissance et la repousse ("regrowth") qui intervient après le "cut-out" (arrêt du premier cycle de croissance et de floraison). Ayant envoyé en février 2020 un protocole, je reçois en avril un fichier contenant des mesures et des dénombrements effectués sur 4 couples d'échantillons de 30 cotonniers appartenant à 2 variétés IRMA (variétés camerounaises) régulées sous plusieurs régimes à base de chlorure de mépiquat (Pix ou Cottix). Ces analyses ont livré des renseignements qui me permettent d'inférer que la variété Q302 serait plus indéterminée et tardive que la variété Z2347, la précocité de celle-ci pouvant être un atout pour la récolte mécanique en conditions de semis très tardifs (en semis direct après un maïs très précoce ?) ou au contraire un inconvénient en semis plus précoce, nécessitant de la soumettre après le cut-out à une défoliation chimique ou physique (étêtage ou écimage) pour tacler sa repousse elle aussi plus précoce. Les deux variétés sont restées sous la barre des 130 cm de hauteur généralement admise comme limite pour la récolte mécanique au cueilleur à coton ("cotton-picker"). D'après les différences notoires de nombres de noeuds reproducteurs de premier cycle, la variété Z2347 a probablement supplanté Q302 en précocité (rapport première récolte / récolte totale R1/RT) qui a son tour a sans doute supplanté la variété précoce en productivité (RT). Ces inférences méritent d'être confrontées à l'ensemble des résultats acquis concernant la précocité et la productivité de ces deux variétés lorsque engagées dans des essais communs. Ce rapport d'autopsie, d'inférences et de commentaires va être l'occasion de constituer en parallèle un dossier de références génériques et d'observations de l'auteur acquises au Cameroun dans les années 1990-92 puis lors d'une visite en 2009, au Mozambique en 1999 et au Brésil dans les années 2000.

Documents associés

Document technique

Agents Cirad, auteurs de cette publication :