Publications des agents du Cirad

Cirad

Paramètres démographiques et économie de l'élevage camelin : une étude au Maroc

Julien L., Moutik F.E., Haloui C., Huguenin J., Sraïri M.T.. 2021. Cahiers Agricultures, 30 : 9 p..

DOI: 10.1051/cagri/2020039

Le dromadaire est capable de s'accommoder de l'hostilité du milieu désertique en mettant en valeur la végétation qui y est produite. Ces dernières années, il est l'objet d'un regain d'intérêt, eu égard à la qualité de ses produits et à ses caractéristiques physiologiques qui font de cette espèce l'une des plus aptes à s'adapter au changement climatique. Toutefois, les références sur ses performances zootechniques, et plus particulièrement sur les paramètres démographiques dans les systèmes naturels où il est exploité, demeurent limitées. Cette étude se propose d'analyser une partie des éléments démographiques en appliquant une méthode rétrospective de détermination de ces paramètres sur deux années successives, dans 122¿troupeaux localisés dans la zone de M'Hamid¿El¿Ghizlane, au centre-est du Maroc. Les résultats ont démontré l'importante variabilité annuelle des paramètres démographiques, impactés par la disponibilité alimentaire des parcours, elle-même déterminée par la pluviométrie et sa répartition dans l'année. Les résultats ont aussi souligné la productivité limitée du dromadaire, ne dépassant pas en moyenne un chamelon viable pour trois chamelles en âge de reproduction. L'étude a révélé un potentiel de production de lait réduit dans un contexte de variabilité prononcée de l'offre alimentaire des parcours et d'éloignement des producteurs par rapport aux centres de consommation. En termes de pratiques d'alimentation, le recours à la complémentation est fréquent, sous forme de rebuts de dattes et d'orge subventionné. Les interventions sanitaires sont rares, du fait du pouvoir d'achat limité des éleveurs. Quant aux productions, elles sont surtout représentées par le croît du troupeau, les ventes de lait étant marginales. Quelques rares éleveurs recourent à la location de mâles pour des activités touristiques. Au final, les résultats confirment d'importantes marges d'amélioration de la productivité de l'élevage du dromadaire, qui demeure pour l'instant essentiellement au service de l'autoconsommation et de la capitalisation. Les marges dégagées ne permettent pas aux familles qui pratiquent cet élevage d'obtenir des revenus suffisants.

Documents associés

Article (a-revue à facteur d'impact)

Agents Cirad, auteurs de cette publication :