Publications des agents du Cirad

Cirad

Filière Hévéa en Côte d'Ivoire : Analyse fonctionnelle et diagnostic agronomique

Benoist A., Leconte A.. 2020. Montpellier : CIRAD, 48 p..

Avec 780.000 tonnes produites en 2019, la Côte d'Ivoire est le premier pays producteur de caoutchouc en Afrique, et le sixième à l'échelle mondiale. Le verger d'hévéa de Côte d'Ivoire est caractérisé par un secteur villageois prédominant et en pleine expansion, représentant environ 550.000 ha de plantations en 2019, soit plus de 90 % des surfaces plantées à l'heure actuelle. Les plantations agro-industrielles d'hévéa correspondent ainsi à moins de 10 % des surfaces plantées, parmi lesquelles les plantations de la SAPH et de la SOGB représentent environ 80 %. L'usinage du caoutchouc en Côte d'Ivoire consiste très majoritairement à sa première transformation, pour la production de balles de caoutchouc. En 2019, 570.000 tonnes de caoutchouc ont ainsi été transformées et exportées, principalement vers le marché européen. L'expansion très rapide des plantations villageoises en Côte d'Ivoire depuis une vingtaine d'années rend difficile le recensement de celles-ci. Ainsi, si l'identification des plantations est plutôt fiable jusqu'en 2012, il est plus incertain pour les plantations installées à partir de 2013, qui sont celles qui entrent actuellement en production. Cette situation génère des difficultés en termes d'encadrement des planteurs et de formation de la main d'oeuvre, en particulier des saigneurs, mais contribue également au décalage observé récemment entre la production de caoutchouc du pays et ses capacités d'usinage. En 2019, entre 25 et 30 % des exportations de caoutchouc ont ainsi été réalisées directement sous forme de coagulums. L'amélioration de la connaissance du verger villageois et l'augmentation des capacités d'usinage seraient donc des priorités pour le développement de la filière. En termes de diagnostic agronomique, les visites de terrain réalisées en avril 2019 ont permis de relever différents points d'amélioration pour les plantations villageoises. Ces éléments concernent notamment la qualité et le choix du matériel végétal, l'entretien des plantations en phase immature, la détection et le traitement des maladies de racines (Fomès), et la qualité de la saignée. Néanmoins, il apparaît des visites réalisées que ce dernier sujet relatif à la saignée des hévéas constitue la principale marge de manoeuvre pour augmenter la productivité des plantations. Les recommandations disponibles auprès du FIRCA et de l'APROMAC sont alors généralement parfaitement adaptées, mais sont malheureusement mal appliquées sur le terrain. Enfin, cette étude a pu mettre en valeur quelques améliorations potentielles dans les recommandations du FIRCA et de l'APROMAC pour la gestion des plantations d'hévéa, publiées en 2013 au sein du Guide du Conseiller Agricole, qui est un outil particulièrement utile et complet pour les opérateurs de l'encadrement des planteurs. Ces améliorations correspondent généralement à des évolutions récentes dans les recommandations du CIRAD pour les plantations villageoises en Afrique de l'Ouest.

Documents associés

Rapport d'expertise

Agents Cirad, auteurs de cette publication :