Publications des agents du Cirad

Cirad

Mission d'appui à la caféiculture en Nouvelle-Calédonie du 16 au 26 mai 1994. Appui au développement des Provinces, amélioration de la caféiculture arabica

Labouisse J.P.. 1994. Montpellier : CIRAD-CP.

La mission d'appui à la caféiculture en Nouvelle-Calédonie effectuée du 16 au 26 Mai 1994 comportait deux volets: 1) Un volet "Appui au développement" consacré pour l'essentiel à des visites de terrain en Province Nord et à des entretiens avec les responsables du développement de cette région. Un tableau de la situation du secteur productif café a été brossé et un diagnostic technique des caféières visitées a été établi : Malgré les efforts déployés et les fonds consacrés à l'Opération Café entre 1978 et 1992, on assiste à une baisse régulière de la production dans ce secteur et à une désaffection de la part de la population rurale (nombreux abandons de plantations, arrêt des extensions). Sur la Côte Est, région à dominante robusta, il existe cependant un petit noyau de planteurs motivés et entreprenants, pour la plupart âgés, qui appliquent un mode de conduite intensif avec l'utilisation d'un matériel végétal sélectionné, installé en plein soleil avec fertilisation et recépage quinquennal. Ils sont regroupés au sein du GAPCE, groupement coopératif qui contrôle toute la filière (de la fourniture d'intrants jusqu'à la vente de café torréfié) sur un pourcentage important de la production du Territoire. Sur le plan technique, il apparait que le modèle de conduite intensive proposé est trop rigide et n'est pas adapté à toutes les situations. De manière générale, il conviendrait préalablement de faire un diagnostic de la caféière en prenant en compte les aspects techniques et économiques (en particulier la disponibilité en main d'oeuvre). Ainsi la fertilisation devrait tenir compte de l'état du sol et du niveau de production . Une conduite semi-intensive sous ombrage avec écimage pourrait être proposée dans des situations marginales et pour des planteurs disposant de faible capacité en main d'oeuvre. Il a été noté que les densités de plantations (2m x 3m avec 4 tiges) sont trop élevées dans le cas de plantation installées en plein soleil sur sol fertile. Le nombre de tiges doit être limité à 2 ou 3 lors des recépages. Le mélange clonal, avec le clone congusta HB comme "fond de plantation", est dans l'ensemble performant mais certains clones "pollinisateurs" pourraient être remplacés par des clones plus productifs et de bonne qualité gustative comme le 126. Les opérations de collecte et de traitement par voie humide sont en général bien maîtrisées sur le plan technique mais restent très onéreuses à cause des faibles volumes traités. La qualité de la torréfaction réalisée par le GAPCE pourrait être améliorée par un calibrage préalable du café vert. Le scolyte du grain cause des dégâts importants faute de traitements efficaces (par manque d'équipement) et aussi par absence de récolte sanitaire. Sur la côte Ouest, soumise à un climat très sec, la culture de l'arabica doit être limitée aux fonds de vallée et être conduite sous ombrage afin de limiter les phénomènes de die-back en particulier sur catimor. En conclusion, il existe sur la côte Est un potentiel productif non négligeable. Afin d'en tirer le meilleur parti, les structures de développement, grace à leur réseau d'animateurs ruraux, pourraient, en liaison avec le GAPCE, effectuer un suivi individuel d'un petit nombre de planteurs leaders. Cette action de diagnostic et de conseil pourrait démarrer par l'établissement de fiches de suivi de plantation et ensuite être élargie à l'ensemble de l'exploitation. Un réseau d'expérimentation en milieu réel pourrait être mis en place afin d'améliorer l'adaptation du message technique à la diversité des situations et d'en évaluer la rentabilité. Les thèmes de recherche prioritaires sont : l'étude des sols et la fertilisation, le mode de conduite (taille, ombrage), la lutte contre le scolyte. Les organismes de recherche du Territoire (CIRAD,ORSTOM, Université) doivent être partie prenante dans cette démarche de recherche-développement tant au niveau de la formation des agents que de l'expérimentation. 2) Un volet "Amélioration de la cultur...

Documents associés

Rapport de mission

Agents Cirad, auteurs de cette publication :