Publications des agents du Cirad

Cirad

Lutte contre la déforestation importée et engagements en faveur de la zéro déforestation

Eba'a Atyi R., Ingram V., Lescuyer G., Lang C.C., Tchoumba G.B., Defo L., Gourlet-Fleury S., Guizol P., Sonwa D.J., Mbonayem L., Berger V., Harmand J.M.. 2022. In : Eba'a Atyi Richard (ed.), Hiol Hiol François (ed.), Lescuyer Guillaume (ed.), Mayaux Philippe (ed.), Defourny Pierre (ed.), Bayol Nicolas (ed.), Saracco Filippo (ed.), Pokem Dany (ed.), Sufo Kankeu Richard (ed.), Nasi Robert (ed.). Les forêts du Bassin du Congo : état des Forêts 2021. Bogor : CIFOR, p. 225-251.

Plus d'un quart de la déforestation (27 %) est provoqué par un changement d'utilisation des terres dû à la production de commodités (Curtis et al. 2018). Les estimations de perte de forêt tropicale attribuées à la progression des cultures, des pâturages et des plantations forestières vont de 62 à 80 % (Pendrill et al. 2019 ; Hosonuma et al. 2012), 26 % de ces pertes étant attribués à la demande internationale de commodités (Pendrill et al. 2019). Partant de cette constatation, on considère que la déforestation est un problème relevant de la responsabilité de la communauté internationale puisque les produits qui en sont à l'origine dans un lieu précis sont vendus et consommés dans le monde entier. On estime que 10 % de la déforestation de la planète sont liés à la consommation, dans les pays membres de l'UE, de commodités importées qui sont produites de façon non durable, la déforestation en Europe étant négligeable (Cuypers et al. 2013).Ce phénomène a donné lieu à deux nouveaux termes : commodités à risque pour les forêts et déforestation due aux commodités. Les commodités liées à la déforestation importée et produites en Afrique centrale sont l'huile de palme, le cacao, le café, le caoutchouc, le bois et le coton.

Documents associés

Chapitre d'ouvrage

Agents Cirad, auteurs de cette publication :