Publications des agents du Cirad

Cirad

La dermatophilose des bovins à Dermatophilus congolensis dans les Antilles françaises. II. Facteurs de réceptivité liés aux animaux

Barré N., Matheron G., Rogez B., Roger F., Martinez D., Sheikboudou C.. 1988. Revue d'Elevage et de Médecine Vétérinaire des Pays Tropicaux, 41 (4) : p. 339-345.

Une enquête portant sur 573 bovins élevés en milieu infecté a été menée dans les Antilles françaises afin de repérer les facteurs individuels favorisant l'apparition et l'évolution de la maladie. La réceptivité des animaux est très différente en Guadeloupe et en Martinique. La race n'explique le phénomène pathologique que si l'on prend en compte le passé épidémiologique des animaux et en particulier l'ancienneté de la coévolution avec la tique A. variegatum. Le bovin Créole de Guadeloupe est en contact avec la tique depuis toujours et seulement 5 p. 100 des animaux examinés sont atteints alors que le bovin Créole de Martinique, exposé depuis peu à l'infestation, est extrêmement réceptif puisque 82 p. 100 des animaux échantillonnés sont atteints. Dans les deux îles, l'incidence de la maladie chez les animaux exotiques, récemment importés, est comprise entre 38 et 84 p. 100. Même des infestations faibles par Amblyomma induisent la dermatophilose sur le bétail très sensible de Martinique alors qu'il y a en Guadeloupe une relation proportionnelle entre le niveau d'infestation et la probabilité d'infection. En Guadeloupe, la race et l'abondance des tiques sont les facteurs les plus explicatifs alors qu'en Martinique, s'il y a des tiques, quelle que soit leur abondance et quelle que soit la race, la dermatophilose revêt une forte incidence. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : résistance aux maladies; race (animal); dermatophilus; maladie bactérienne; dermatophilus congolensis; bovin; antilles françaises

Thématique : Maladies des animaux

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :