Publications des agents du Cirad

Cirad

Le pathosystème Begomovirus / Bemisia tabaci / tomate dans les îles du Sud-Ouest de l'Océan Indien

Delatte H., Granier M., Lett J.M., Goldbach R., Reynaud B., Peterschmitt M.. 2003. In : Pierre Yot ; CNRS. 9ème Rencontres de virologie végétale, 2 au 6 février 2006, Aussois. Strasbourg : CNRS, p. 34-34. Rencontres de virologie végétale. 9, 2003-02-02/2003-02-06, Aussois (France).

L'aleurode Bemisia tabaci (Homoptera, Aleyrodidae) est actuellement l'un des plus important ravageur sur les cultures maraîchères, en particulier comme vecteur de géminivirus, notamment le Tomato yellow leaf curl virus (TYLCV, Geminiviridae, Begomovirus). Depuis 1997, le TYLCV est responsable de fortes épidémies sur les cultures de tomate à l'Île de la Réunion, associé à de fortes pullulations de B. tabaci jamais observées auparavant. Des populations d'aleurodes présentes à la Réunion ont été analysées par des tests biologiques (argenture et transmission du TYLCV) et par des tests moléculaires (RAPD-PCR et séquencage d'une partie du gène mitochondrial codant pour la cytochrome oxydase I). Des individus récoltés à Madagascar, à Maurice, aux Seychelles et à Mayotte ont également été caractérises par ces méthodes moléculaires. Deux génotypes ont pu être distingués. L'un, similaire au biotype B, est supposé avoir été récemment introduit à la Réunion, alors que l'autre, nommé Ms, semble être indigène du sud-ouest de l'Océan Indien car il est différent de tous les autres génotypes détectés jusqu'à présent. Par ailleurs, un bégomovirus a été détecté par TAS-ELISA et par PCR dans des échantillons de feuilles de tomate de Madagascar présentant des symptômes similaires à ceux causés par le TYLCV. L'utilisation de 2 couples d'amorces permettant théoriquement d'amplifier deux régions du composant A de tous les bégomovirus nous a permis d'obtenir la séquence de 2 fragments d'environs 500pb. Le faible pourcentage d'identité de ces séquences en comparaison des séquences disponibles dans GenBank suggère la présence d'une nouvelle espèce de bégomovirus qui présente cependant une parenté avec des bégomovirus de l'Afrique australe et avec le TYLCV. Le pourcentage d'identité relativement bas (94%) qui a été détecté entre les 3 isolats de ce bégomovirus suggère qu'il n'a pas été introduit récemment à Madagascar. (Texte intégral)

Mots-clés : géminivirus enroulement jaune tomat; bemisia tabaci; solanum lycopersicum; relation hôte pathogène; identification; marqueur génétique; réunion; madagascar; maurice; seychelles; mayotte; france

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :