Publications des agents du Cirad

Cirad

Rôle et gestion des réserves carbonées face à la variabilité du climat chez une monocotylédone arborescente, le cocotier (Cocos nucifera L.) : analyse et bilan

Mialet-Serra I.. 2005. Montpellier : ENSAM, 133 p.. Thèse de doctorat -- Sciences agronomiques.

Bien que le stockage de réserves carbonées représente une fonction majeure, peu de travaux existent sur ce sujet sur plantes pérennes tropicales, et en particulier sur cocotier. Cette étude a pour objectifs principaux de (i) décrire la nature, la localisation des glucides de réserves et leur importance quantitative, (ii) suivre leur évolution saisonnière en relation avec les croissances végétatives et fructifères afin de (iii) définir leur rôle dans le fonctionnement du cocotier. Dans un premier temps, n'ayant pas d'hypothèse pour présumer de zones d'accumulation chez cette plante, un échantillonnage large et systématique fût réalisé sur des cocotiers adultes pendant deux années consécutives. Par ailleurs, parallèlement au suivi de la croissance des compartiments végétatifs et fructifères, des prélèvements sur pied, limités aux deux principaux compartiments de stockage, le stipe et les pétioles des feuilles, furent réalisés à des intervalles de temps courts. Représentant 8% de la biomasse sèche totale, les glucides non structuraux sont en quantité non négligeable. Le saccharose est la principale forme d'accumulation. Il est présent notamment dans le stipe. L'amidon apparaît comme un glucide mineur. Il est principalement localisé dans la zone sous apicale au sommet du stipe, formant une poche dont le volume peut être très variable d'un arbre à un autre. La stabilité du pool de réserves dans le stipe, en particulier, est notable quel que soit le traitement appliqué. Même dans des conditions de faibles variations, le rôle tampon de ce pool paraît établi. Son rôle, dans nos conditions d'étude reste, cependant, secondaire, dans le sens où les réserves carbonées ne supportent jamais à elles seules la croissance de la plante. Les glucides accumulés ne semblent pas jouer un rôle dans la régulation de la production des noix. Afin d'équilibrer son bilan carboné au quotidien, la plante mettrait en jeu trois mécanismes (i) l'ajustement de la demande reproductive en ajustant le nombre de fleurs femelles et en réduisant le nombre de noix immatures par élagage, (ii) l'ajustement du taux photosynthétique dans des limites physiologiques à préciser, (iii) la constitution et la mobilisation de réserves temporaires.

Mots-clés : cocos nucifera; physiologie de la nutrition; climat; cycle du carbone; organe de réserve; glucide; saccharose; amidon; croissance; carbone; photosynthèse; stockage; variation saisonnière; stress dû à la sécheresse

Documents associés

Thèse

Agents Cirad, auteurs de cette publication :