Publications des agents du Cirad

Cirad

Etudes préliminaires pour le développement d'un test d'évaluation de la résistance du cacaoyer à Lasiodiplodia theobromae

Thévenin J.M., Ducamp M., Paulin D.. 2010. In : 16th International Cocoa Research Conference. Proceedings : towards rational cocoa production and efficient use ofr a sustainable world cocoa economy. Lagos : Cocoa Producers' Alliance, p. 1237-1244. Conférence Internationale sur la Recherche Cacaoyère. 16, 2009-11-16/2009-11-21, Bali (Indonésie).

Les champignons des genres Calonectria et Lasiodiplodia sont souvent associes aux blessures occasionnées par les piqures des mirides, et peuvent causer des nécroses importantes sur les parties aériennes du cacaoyer. Ces nécroses peuvent conduire progressivement a la mort de l'arbre. Les travaux mènes au CIRAD Montpellier dans le cadre du projet CFC/ICCO/Bioversity ? Cocoa Productivity and Quality Improvement, a Participatory Approach ? visaient à développer un test d'inoculation dans le double objectif de comparer l'agressivité de souches de Lasiodiplodia et/ou Calonectria provenant de plusieurs pays et d'évaluer le niveau de résistance a ces champignons de clones de cacaoyers présents dans la serre de Montpellier. Nous avons reçu et identifie a l'aide des séquences ITS, comme appartenant a Lasiodiplodia theobromae, 2 souches du Cameroun, 2 souches du Nigeria, 1 souche de Cote d'Ivoire et 2 souches de Guyane. Nous avons donc focalise notre etude sur cette espèce. En raison de la faible quantité de matériel végétal disponible dans notre serre en zone tempérée, nos efforts ont porte sur le développement d'un test d'inoculation sur tronçons de baguettes, in vitro. Les meilleures conditions de conservation des baguettes, de développement et d'évaluation des symptômes ont été les suivantes: - utiliser des baguettes semi-aoutées, de l'ordre de 1cm de diamètre et 10-12cm de long ; paraffiner les extrémités des baguettes pour éviter l'apparition de nécroses dues a des infections naturelles provoquées par d'autres organismes ; - inoculer a l'aide d'un disque de culture mycelienne après avoir blesse les tissus avec une aiguille. Les souches sont mises en culture pendant 15 a 20 jours sur milieu V8, a 25°C, et sous régime de lumière alternée 12h/12h ; - incuber les baguettes dans des bacs, a 25°C, en lumière alternée, sous humidité relative élevée ; - mesurer la longueur des lésions en surface et en profondeur dans les vaisseaux du xylème après 2 semaines d'incubation. Les témoins blesses non inocules n'ont pas développé de symptômes. Nous avons pu ré-isoler L. theobromae au niveau des nécroses qui se développent le long des vaisseaux des baguettes inoculées. Au cours d'expérimentations préliminaires, les différences observées entre souches n'étaient pas toujours significatives mais les interactions clone ? souche étaient toujours non significatives. Nous avons donc utilise par la suite les souches les plus agressives du Nigeria et du Cameroun pour les tests du niveau de résistance des clones. Des différences significatives entre clones ont pu être mises en évidence de façon ponctuelle pour la longueur des lésions en surface et en profondeur. Des expérimentations complémentaires sont en cours afin d'assurer la répétabilité du test pour une gamme de clones plus importante.

Mots-clés : theobroma cacao; botryodiplodia theobromae; guyane française; nigéria; cameroun; côte d'ivoire; france

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :