Publications des agents du Cirad

Cirad

Elaeiculture villageoise au Cameroun : bilan des connaissances à la privatisation de la Socapalm et perspectives de recherche

Rafflegeau S.. 2003. In : Atelier scientifique sud du Bénin, du 10 au 12 décembre 2003, Abomey Calavi, Bénin. s.l. : s.n., 1 p.. Atelier scientifique Sud du Bénin et CRA PP, 2003-12-10/2003-12-12, Abomey-Calavi (Bénin).

(SOCAPALM), l'engouement des planteurs pour la culture et la transformation artisanale était très fort, et les relations entre les agro-industries et les planteurs s'étaient dégradées au cours de la dernière décennie (livraison à une autre huilerie, transformation artisanale, recouvrement des crédits de plantation difficile, arrêt de l'appui technique, des crédits de plantation et de campagne, réduction de l'offre en plants). Une enquête réalisée en 2000 auprès de 100 planteurs illustre comment les agriculteurs ont adapté leurs pratiques de création, de gestion pendant la phase juvénile et d'exploitation de palmeraie, à cette nouvelle situation. Cette étude a permis d'identifier les stratégies de création de palmeraie développées par des agriculteurs qui parviennent avec les moyens dont ils disposent (finances, main d'oeuvre, offre en plants, ressources foncières), à atteindre leur objectif : planter une palmeraie. La marge de manoeuvre d'un agriculteur pour le choix du matériel végétal dépend par exemple, de l'environnement et du fonctionnement de son exploitation. Cette étude permet également de constater que dans un bassin de production où les opportunités d'écoulement de la production sont multiples, les planteurs ne se limitent pas forcément à un seul débouché. Comme le choix d'un débouché impose des pratiques de récolte, il existe un lien fort entre les pratiques en palmeraie et le contexte filière dans lequel se situe l'exploitation. Dans ce contexte mouvant lié au désengagement de l'état, il apparaît alors primordial d'aborder la gestion technique des palmeraies villageoises par une approche qui intègre à la fois les pas de temps de la culture, le contexte du bassin de production mais aussi l'évolution des moyens et des objectifs de l'agriculteur. Les résultats d'une telle démarche devraient permettre de construire un appui technique modulaire qui s'adapte à la situation de chacun en remplacement de l'itinéraire normatif diffusé au début du développement des palmeraies villageoises.

Mots-clés : elaeis guineensis; cameroun; cameroun sud

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :