Publications des agents du Cirad

Cirad

Suivi de la coupe de canne a sucre a partir d'images radar TERRASAR-X THRS

Baghdadi N., Moinet S., Todoroff P., Cresson R.. 2010. In : Journées Informations Géographiques et Observation de La Terre (JIGOT 10), 6-7 Octobre 2010, Montpellier, France. s.l. : s.n., 2 p.. Journées Informations Géographiques et Observation de La Terre, 2010-10-06/2010-10-07, Montpellier (France).

L'objectif de cette étude est d'examiner le potentiel de l'imagerie radar TerraSAR-X (en bande X) pour le suivi de la croissance de la canne à sucre sur l'Île de la Réunion. Des données TerraSAR multi-temporelles acquises à différents angles d'incidence (31°, 37°, 47°) et polarisations (HH, HV, VV) ont été analysées pour étudier le comportement du signal radar en fonction de la hauteur de canne à sucre. Le potentiel de TerraSAR pour cartographier la récolte de canne à sucre a également été étudié. Le signal radar augmente rapidement avec la hauteur de la canne jusqu'à une hauteur de seuil, qui dépend de l'angle d'incidence et de la polarisation. Au-delà de ce seuil, le signal augmente légèrement, reste constant, voire diminue. La hauteur de seuil est légèrement plus élevée avec la polarisation croisée et aux forts angles d'incidence (47° en comparaison à 31°). Les résultats ont aussi montré que les polarisations parallèles (HH et VV) étaient bien corrélées. Des données TerraSAR ont montré qu'après des fortes pluies, la contribution du sol à la rétrodiffusion des parcelles de canne à sucre peut être conséquente pour des hauteurs de cannes inférieures à 50cm. Cette augmentation du signal radar après des fortes pluies pourrait impliquer une ambiguïté d'identification entre des cannes jeunes et des cannes matures à cause de la haute sensibilité du signal radar à l'humidité superficielle du sol. Finalement, les données TerraSAR à haute résolution spatiale se montrent utiles pour suivre la coupe de canne à sucre lorsque les champs sont de petites tailles et que la date d'acquisition de l'image est proche de la date de coupe, et en particulier sous les tropiques humides où les zones de cultures sont souvent masquées par les nuages en imagerie optique. La comparaison entre les incidences de 37° et 47° montre que la première est plus appropriée pour suivre la récolte de canne à sucre. La coupe est facilement détectable sur des images TerraSAR pour des données acquises moins de deux ou trois mois après la coupe. Le signal radar diminue de 5dB pour des images acquises quelques jours après la coupe et de 3dB pour des données acquises deux mois après la coupe (VV-37°). La différence dans le signal radar devient négligeable (< 1dB) entre les cannes à sucre matures et les champs récoltés depuis trois mois ou plus. (Résumé d'auteur)

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :