Publications des agents du Cirad

Cirad

Estimation de l'impact de l'ouverture des pistes forestières sur la biodiversité des forêts tropicales humides. Rapport final de la convention entre le CIRAD et le Ministère de l'Outre-Mer

Gond V.. 2005. In : Mario Melletti (ed.), James Burton (ed.). Ecology, evolution and behaviour of wild cattle. implications for conservation. Cayenne : CIRAD-FORET, 27 p..

Ce paragraphe d'en-tête est dédié à une lecture rapide. Les développements et les illustrations de l'étude sont détaillés dans le reste du rapport. A - Cadre général et objectifs de l'étude Pour exploiter la forêt des pistes sont tracées afin d'accéder à la ressource ligneuse. Ces pistes impliquent des changements et des perturbations diverses (chasse, cueillette, agriculture). Ces impacts sont difficiles à évaluer c'est pourquoi nous proposons une approche utilisant la télédétection pour cartographier ces phénomènes. Les changements rapides de l'occupation du sol posent le problème du manque d'information. Cette étude prend place dans l'évaluation de l'apport de la station de réception Spot (SEAS) dans l'aménagement du territoire. Au delà de l'information directe cette étude montre comment on peut évaluer les impacts indirects sur la biodiversité en Guyane par une telle approche. B - Matériel et méthode Deux sites d'études ont été choisis dans l'ouest Guyanais. L'un proche du village de Balaté qui correspond à une zone de droit d'usage amérindienne. L'autre vers le carrefour Charvein qui est un espace en pleine mutation par l'arrivée de population Bushi-Nengué. Ainsi les deux sites d'étude permettront d'étudier des dynamiques très différentes. Pour l'analyse spatiale deux images satellite SPOT ont été utilisées. L'une en 1999 représentant l'instant initial. L'autre de janvier 2004 montrant l'état actuelle de la région. Entre ces deux dates les activités humaines ont considérablement changé le paysage. Ces changements sont analysés par l'étude diachronique des données satellites. La méthode utilisée pour traiter les images satellites est basée sur les variations de contraste entre les zones défrichées et la forêt environnante. En effet les bandes spectrales du capteur permettent de bien différencier ces deux éléments du paysage de l'ouest guyanais. Après une série de traitements (géo-localisation, calcul des néo-canaux, filtre des nuages, établissement des seuillage et réalisation des masques) les images ont pu être analysées de façon à extraire l'information voulue. Au sol une série de mesure a aussi été réalisée. Deux informations ont été recueillies. D'une part une données concernant l'identification et la validation des éléments du paysage. D'autre part, via des transect afin de compter les animaux sauvages, une estimation de la richesse de faune a été réalisée. Cette dernière étude a été menée avec l'Association Kwata qui s'est spécialisée dans ce genre d'étude. C - Résultat Le résultat des analyses de données satellites sont restitués sous forme de carte. En effet pour 1999 et pour 2004 la délimitation des zones d'abattis a été réalisée. Ainsi nous avons sur les deux sites d'étude une cartographie de l'impact humain et de son évolution dans le temps. Cette dynamique cartographiée peut alors être analysé en fonction de nos connaissances sur les populations qui la crée. Enfin à partir de ce zonage et grâce aux évaluations de présence de faune sur les deux sites nous avons pu délimiter l'empreinte humaine sur le milieux naturel à l'échelle de l'ouest guyanais. D - Discussion et conclusion Ainsi la superposition des cartes de 1999 et de 2004 permet de matérialiser la dynamique et l'empreinte écologique qui en découle. Cette matérialisation de ces phénomènes permet d'un coup d'oeil de localiser les zones à fort mouvement et les zones stables. Dans le cadre de plan d'aménagement de l'occupation de l'espace cette étude montre la pertinence de l'utilisation de la télédétection. De plus comme les informations sont numériques et sous forme de vecteur elle peuvent être distribuées et échangées rapidement afin de faciliter la prise de décision. On peut d'ors et déjà imaginer un système de surveillance régulière du territoire à partir de tels instruments. Par un maillage du territoire il apparaîtra clairement les lieux où des dynamiques de changement d'occupation du sol se développent. On aurait ainsi une vue objective permettant ...

Documents associés

Rapport d'expertise

Agents Cirad, auteurs de cette publication :