Publications des agents du Cirad

Cirad

Promouvoir l'agroforesterie dans les politiques publiques. Guide pour les décideurs

Place F. (ed.), Gauthier M. (ed.), Buttoud G., Ajayi O., Detlefsen B., Torquebiau E.. 2015. Rome : FAO, 37 p..

Les systèmes agroforestiers regroupent des techniques d'utilisation des terres à la fois traditionnelles et modernes où les arbres sont associés aux cultures et/ou aux systèmes d'élevage dans des milieux agricoles. Lorsqu'elle est conçue et mise en oeuvre correctement, l'agroforesterie allie les bonnes pratiques d'arboriculture à des systèmes agricoles, conduisant à une utilisation plus durable des terres. L'agroforesterie, pratiquée aussi bien dans les régions tropicales que tempérées, produit des aliments et des fibres qui améliorent la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Elle soutient aussi les moyens de subsistance, réduit la pauvreté et favorise des environnements agricoles productifs et résilients. En outre, appliquée à grande échelle, elle peut renforcer les écosystèmes grâce au stockage du carbone, à la prévention de la déforestation, à la conservation de la biodiversité, à l'amélioration de la qualité de l'eau et à la lutte contre l'érosion, tout en permettant aux terres agricoles d'absorber certains effets des changements climatiques et des événements comme les inondations ou les sécheresses. Le potentiel qu'a l'agroforesterie de contribuer au développement durable a été reconnu lors de rencontres internationales sur les politiques, dont la Convention-cadre sur les changements climatiques (UNFCCC) et la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies (CDB), justifiant ainsi l'augmentation des investissements dans son développement. Pourtant, l'agroforesterie continue à faire face à plusieurs obstacles comme des incitations politiques défavorables, une diffusion insuffisante des connaissances, des contraintes légales et une mauvaise coordination entre les multiples secteurs concernés. De plus, l'agroforesterie n'est pas suffisamment prise en compte dans la formulation des politiques nationales, dans la planification de l'utilisation des terres et dans les programmes de développement rural. De ce fait, sa contribution potentielle à l'économie et aux objectifs de développement durable n'a pas encore été pleinement reconnue ni exploitée. L'un des défis que l'agroforesterie rencontre dans de nombreux pays est la prédominance des monocultures alimentaires, des cultures industrielles et de la mécanisation (souvent subventionnées) dans les politiques agricoles, ce qui décourage l'intégration des arbres dans les exploitations. En outre, dans certains pays, les problèmes de propriété foncière et les procédures bureaucratiques nécessaires pour obtenir l'accès tant à la terre qu'aux produits des arbres créent des incertitudes à long terme qui restreignent d'autant plus les initiatives agroforestières. Les agriculteurs peuvent aussi avoir l'impression que les arbres sont incompatibles avec leurs activités agricoles, et qu'ils ne peuvent pas bénéficier des programmes offrant une formation ou un accès aux intrants liés aux arbres (matériel de reproduction, par exemple) dans la même mesure que pour d'autres types d'exploitations agricoles. La méconnaissance des avantages de l'agroforesterie conduit involontairement à la perception qu'elle est en marge de l'agriculture et qu'il s'agit d'un système faiblement productif. Le développement de l'agroforesterie est souvent entravé par des dispositions juridiques, politiques ou institutionnelles, par l'absence de rétributions pour les bénéfices environnementaux, ainsi que par le délai entre l'adoption du système et la récolte des revenus, qui décourage les investissements. Il s'avère donc nécessaire de mettre sur pied des politiques pour promouvoir les avantages de l'agroforesterie. Ce guide poursuit l'objectif général d'aider les pays à renforcer les conditions stratégiques, juridiques et institutionnelles qui facilitent l'adoption de l'agroforesterie et qui reconnaissent sa contribution au développement national. Cela inclut notamment une meilleure communication entre les secteurs et l'intégration de l'agroforesterie dans les politiques nationales. Ces lignes directrices sont

Mots-clés : politique de développement; développement rural; utilisation des terres; système de culture; aide à la décision; agroforesterie; politique publique

Thématique : Production forestière; Systèmes et modes de culture; Economie et politique du développement

Documents associés

Ouvrage

Agents Cirad, auteurs de cette publication :