Publications des agents du Cirad

Cirad

Etude chaîne de valeur pomme de terre dans les régions d'Analamanga, Itasy et Vakinankaratra (Madagascar). Partie 2 : modalités de financement et contractualisation

Bouquet E.. 2020. Montpellier : CIRAD, 33 p..

L'objectif de cette partie de l'étude Chaîne de valeur pomme de terre est de proposer un diagnostic et des propositions sur les modalités de financement et de contractualisation pour la structuration de la chaîne de valeur pomme de terre et plus particulièrement pour les semences. Dans les Hautes Terres de Madagascar, un secteur financier formel structuré propose une gamme de crédits adaptés aux spécificités de la production agricole : crédit de campagne, crédit stockage, crédit investissement et crédit commercial. Un travail d'adaptation sur les garanties (stocks, caution mutualiste, location-vente) doit également être souligné. Cependant, malgré des besoins exprimés, les acteurs individuels et collectifs de la filière pomme de terre ne recourent quasiment pas au crédit formel. Les contraintes d'accès (coûts, procédures, garanties) restent considérées comme fortes et l'absence de mécanisme d'assurance en cas de choc contribue à dissuader les emprunteurs potentiels. Les contrats existants concernent exclusivement la commercialisation. Ils présentent de nombreux avantages pour les producteurs concernés. Des contrats plus intégrés (production/commercialisation/financement) seraient particulièrement appropriés, compte tenu des contraintes de financement, mais aussi des enjeux de qualité et de traçabilité pour les variétés améliorées et les semences. Les propositions s'articulent autour de trois axes : adaptation des produits de crédit, articulation de la contractualisation avec l'accès au crédit formel, et consolidation d'une filière paysanne de semences certifiées. Les coopératives sont amenées à jouer un rôle central. Elles pourraient d'une part bénéficier d'un aménagement du crédit stockage pour leurs activités commerciales d'achat-pré-germination revente de semences améliorées. Elles pourraient d'autre part jouer davantage un rôle d'intermédiaire financier de proximité auprès de leurs membres, notamment pour le préfinancement des intrants, et dans le cadre de contrats intégrés pour la production de semences certifiées associant opérateurs techniques et financiers. Ces dispositifs doivent s'inscrire dans le long terme.

Documents associés

Rapport de mission

Agents Cirad, auteurs de cette publication :